Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

« FCO : la FNPL s’engage en faveur de la vaccination »

par Gaelle Chalude, mis à jour à 16:12
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

Afin de lutter contre la Fièvre catarrhale ovine (FCO) et fluidifier les exportations de veaux, la profession encourage les éleveurs laitiers à faire vacciner leur troupeau. Cette vaccination est désormais possible en zone réglementée pour le cheptel souche. Bruno Verkest, président de la section laitière du Centre et responsable du dossier FCO à la FNPL, explique.

FRSEA Centre : Pourquoi vacciner contre la FCO ?

Bruno Verkest :  D'abord parce qu'il faut protéger son  cheptel. Le passage de la FCO dans son élevage n’est pas neutre. Cette maladie provoque des baisses de production, une augmentation du taux de cellules, des œdèmes aux mamelles et des avortements… Beaucoup d’éleveurs s’interrogent sur l’utilité de la vaccination. Elle demeure pourtant le seul moyen de lutte contre cette maladie ; en année de crise laitière, l’intérêt de prévenir plutôt que de guérir est d’autant plus vérifiable. Les estimations réalisées par l’Institut de l’élevage du coût du traitement par bovin suite à l’infection en 2007 étaient de l’ordre de 27 à 206 euros.

Ensuite, il faut comprendre que la vaccination certifiée permet d’exporter les veaux vers l’Espagne et l’Italie et facilite les mouvements vers les zones indemnes. C'est une condition aux mouvements des bovins, et donc des génisses, sur le territoire français d'une zone règlementée vers une zone indemne (sauf dans le cadre des procédures canalisées pour les veaux laitiers). Mais en moyenne, c’est près de 15 % de nos veaux qui sont exportés, avec un flux important et croissant vers l’Espagne.

Tant que le volume de vaccins était insuffisant pour couvrir les besoins, les Espagnols ont accepté d’acheter des veaux dont le résultat au test PCR était négatif. Ce dispositif vient d’être reconduit jusqu’au 30 juin. L’État français continue d’ailleurs de prendre à sa charge les PCR permettant le maintien des flux. À partir de juillet, soit la PCR sera à la charge de la filière, soit  les veaux échangés devront être issus de troupeaux dont la vaccination a été certifiée.

Quel est le coût de la vaccination FCO ?

La vaccination peut se faire par un vétérinaire ou par l’éleveur, sur la base d’un avenant au protocole de soin. Il est important de noter que les doses de vaccins sont financées par l’État et ne doivent pas être facturées aux éleveurs. Néanmoins, le vétérinaire est susceptible de facturer la réalisation de l’ordonnance et la mise à disposition du vaccin. 

Dans le cadre du pacte laitier, la FNPL et le Syndicat des vétérinaires ont convenu d’engagements réciproques pour encourager la vaccination certifiée. L’éleveur doit s’engager à préparer le chantier de vaccination en amont (c’est-à-dire animaux aux cornadis et préparation de la liste des animaux à vacciner à l’aide du registre d’élevage).

De leur côté, les vétérinaires s’engagent sur la base d’un forfait par élevage correspondant au travail nécessaire pour établir les éléments utiles à la certification. Les vétérinaires s’engagent également à proposer  une tarification horaire pour la réalisation du chantier de vaccination (la tarification à l’acte restant possible). Nous incitons fortement les éleveurs à demander un devis et à négocier les tarifs avec leur vétérinaire.

À qui s’adresser pour obtenir des vaccins ?

L’État a passé un appel d’offre sur 22 millions de doses à destination des troupeaux ovins et bovins. Le volume immédiatement disponible n’est pas suffisant pour répondre à la demande avant  la mise à l’herbe. Les doses devraient être progressivement disponibles à partir d’avril. La FNPL a souhaité un dispositif simple et responsabilisant, aussi, les premiers arrivés seront les premiers servis. 

L’État a pré-affecté aux vétérinaires sanitaires des quotas de doses de vaccins pour ceux dont tout ou partie de la clientèle comprend des cheptels laitiers. La pré-inscription est à réaliser auprès de votre GDS ou de votre vétérinaire. Les éleveurs doivent faire leurs calculs, une vaccination certifiée à l’échelle de leur troupeau dans ces conditions (forfait horaire et maintien des flux d’exportations) permettra à chacun d’éviter les signes cliniques de la FCO et les pertes économiques associées.

Par ailleurs, une vaccination massive par un nombre important d’éleveurs contribuera au maintien de la valorisation des veaux, mais aussi à l’équilibre à moyen terme du prix de la viande. FRSEA Centre-Val de Loire

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages