« Il est important d'ouvrir la chambre d’Agriculture »

par Hervé Colin, mis à jour à 15:40
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Il est important d'ouvrir la chambre d’Agriculture »

À l'issue de l'élection des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, nous avons rencontré la tête de liste FDSEA-JA, Éric Thirouin, pour qu'il nous livre ses impressions.

Au-delà de la victoire, l'amélioration du score de la liste FDSEA-JA est une vraie satisfaction...

Éric Thirouin : Oui bien sûr, c'est une satisfaction pour toute l'équipe, parce que c'est une reconnaissance du travail qui a été fait et qui a été apprécié dans sa majorité. C'est aussi une pression, ça veut dire qu'on est attendu, qu'il va falloir continuer, faire encore mieux. Mais effectivement ces six points supplémentaires, ça fait plaisir.

Quelles vont être les grandes lignes de votre prochaine gouvernance ?

Les grandes lignes ça va être d'appliquer le programme... Au-delà de ce que l'on va continuer comme les Universités du soir, la recherche, l'accompagnement sur de nouvelles productions des uns et des autres, le souci de revenus, la réponse aux attentes environnementales qui conduisent de plus en plus d'agriculteurs dans des difficultés, des impasses, il faut que l'on arrive à trouver des solutions, à les accompagner vers les circuits courts avec la plate-forme logistique. Il y a énormément à faire et l'ensemble des collaborateurs va être amené à continuer ce travail de fourmi de soutien et de proximité. Cependant, il y a un axe nouveau, sur lequel nous voulons mettre le paquet, c'est celui de la communication. Je pense qu'aujourd'hui en Eure-et-Loir, et dans le reste du pays, on souffre beaucoup de ce que l'on appelle l'agribashing, de communications négatives permanentes, il est donc important de retourner discuter, expliquer nos métiers, ouvrir nos fermes et donc ouvrir la chambre d'Agriculture. C'est un lieu extraordinaire qui permet, d'une manière neutre, d'accueillir toutes les opinions, toutes les visions et de pouvoir organiser des réunions, des rencontres pour mieux se comprendre, mieux s'apprécier. Je crois que c'est l'ignorance qui génère toutes ces réactions négatives. Connaître permet de comprendre et comprendre permet d'aimer. Beaucoup, si l'on en croit les sondages, disent qu'ils aiment les agriculteurs mais beaucoup s'interrogent sur l'agriculture et la manière de la faire. Il faut que l'on arrive à s'ouvrir pour être compris et donc aimés.

Cela pourrait se faire sous la forme d'événements, imaginer des Universités du soir ouvertes au grand public par exemple ?

Déjà, nous allons renforcer les services sur la communication et puis nous allons certainement faire des évènements. L'un des premiers chantiers que nous avons sur la table c'est la Charte des riverains. Aujourd'hui, il y a une demande forte sur ces sujets-là. Ce sera sûrement une première façon d'aborder le débat avec les autres en parlant clairement des sujets qui inquiètent.

Pour revenir à ces élections, la participation est encore en baisse...

Nous avons en Eure-et-Loir un taux de participation qui est l'un des meilleurs du pays mais c'est vrai que comme les autres départements, on baisse. C'est une lame de fond qui est transversale à toutes les activités, que ce soit les autres Chambres consulaires, que ce soit les votes politiques. Mais il faut reconnaître que notre taux de 52,85 %, beaucoup de Chambres ou d'organisations politiques aimeraient en avoir un à ce niveau-là. Certes nous subissons la mouvance, mais les agriculteurs et les métiers en amont et aval de l'agriculture démontrent une fois de plus qu'ils ont gardé le bon sens. C'est en étant regroupés que l'on est le mieux reconnus, que l'on peut se faire entendre. Ce n'est pas en restant tout seul devant sa télé à 20 heures que les choses changent. À un moment, il faut s'investir. La démocratie, exprimer sa voix, être entendu, c'est quelque chose d'important. Mais c'est aussi une pression pour nous élus, car on sait que l'on ne doit pas décevoir. Si collectivement ceux qui sont élus déçoivent, il y a une baisse de participation... Il faudra certainement que l'on exprime mieux au quotidien ce que l'on fait dans l'intérêt général. Les Universités du soir ont été au cours de cette mandature une façon de mieux s'exprimer mais peut-être qu'il faudra changer nos moyens d'échanger, de communiquer avec les uns et les autres. Peut-être au travers du journal Horizons...

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages