Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

« Je m'apprête à calculer à quel moment il me faudra mettre la clé sous la porte »

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:46
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Je m'apprête à calculer à quel moment il me faudra mettre la clé sous la porte »

À Haravilliers (Val-d'Oise), la famille Ferry élève des vaches laitières depuis sept générations. Mais la crise pourrait bien avoir raison de ce patrimoine agricole.

C'est un patrimoine précieux. Un joyau de l'agriculture francilienne qui se transmet depuis sept générations.

À Haravilliers (Val-d'Oise), au cœur du village, la famille Ferry produit du lait — pas loin d'un million de litres par an — mais aujourd'hui, la ferme est en danger.

La crise laitière aidant, celle qui est à la tête de l'exploitation, Pascale Ferry, ne sait pas si elle pourra tenir la barre encore très longtemps. 

« Nous avions déjà connu une petite crise en 2009 », se souvient l'éleveuse : « Nous l'avions surmontée sans trop de difficulté mais celle-ci, elle est arrivée avec une violence et une rapidité que je n'avais pas imaginées. »

Avec une émotion non feinte, Pascale Ferry raconte, au milieu de sa centaine de vaches, les mois difficiles qu'elle vit depuis l'été 2015. « Nous sommes face à un marché mondial qui s'est écroulé », se désole-t-elle : « La bourse asiatique est dans le rouge, les Chinois n'achètent plus de poudre de lait et les prix sont au plus bas. On m'achète mon litre de lait 0,28 centimes d'euros alors qu'il me coûte 0,32 centimes à produire. Je perds plus de quarante mille euros par an et les perspectives d'amélioration sont très lointaines puisqu'on parle d'un éventuel rebond d'ici à un an et demi ! »

Pascale Ferry se demande si elle tiendra jusque-là, d'autant que la nouvelle Pac l'a, elle aussi, mise dans le rouge et que les annonces d'aides pour les éleveurs n'ont pas été suivies de faits. « Les comptes sont en négatif depuis plusieurs mois, je ne tire presque plus de salaire de mon activité et je m'apprête à calculer à quel moment il faudra mettre la clé sous la porte. »

Une situation qui mine l'éleveuse : « Je suis au bord du burn-out. Cette ferme est dans ma famille depuis sept générations. Si je la mets dans le mur, j'aurai du mal à m'en remettre. Ce sera un renoncement difficile à accepter car être éleveur, ce n'est pas qu'un métier. » 

Dans le même temps, le caractère optimiste de Pascale Ferry l'incite à jeter ses dernières forces dans la bataille pour faire naître un projet ambitieux, celui d'installer un méthaniseur sur sa ferme pour valoriser notamment ses effluents d'élevage.

Un projet à plus d'un million d'euros. « J'ai l'impression d'être totalement schizophrène », parvient-elle à sourire : « En fait, j'étudie toutes les pistes possibles. » Pascale Ferry travaille depuis 2003 sur ce projet qui pourrait lui permettre d'avoir une vision à long terme de son activité. 

« Le contrat avec EDF me donnerait une visibilité sur quinze ans », confirme-t-elle : « Cela donnerait un nouveau souffle à mon exploitation. »

Après plus de dix ans d'études et des dizaines de dossiers remplis, l'éleveuse attend le feu vert des Bâtiments de France avant d'aller convaincre sa banque. « C'est une dernière chance de pouvoir m'en sortir car je n'attends plus rien de l'État. Ou si, peut-être de l'honnêteté et de la franchise. Si nous, les producteurs laitiers, sommes condamnés à disparaître pour que le lait en brique soit importé d'autres pays, qu'on nous le dise tout de suite. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages