« Je ne voulais pas avoir de regrets »

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:37
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Je ne voulais pas avoir de regrets »

Chloé Norguet élève des cerfs à Épuisay. Elle répond à nos questions.

Horizons  : Comment votre élevage a-t-il vu le jour  ?

Chloé Norguet  : Le projet a été initié par mon père en 1990. C’est le fruit d’un travail collectif d’une quinzaine de producteurs. Ils sont partis du constat que 70  % de la viande de cervidés consommée en France provenaient de Nouvelle-Zélande ou des pays de l’Est. Or, on peut élever du cerf en France. Ces quinze agriculteurs ont créé une sorte de filière gibier. Mais cela a duré peu de temps car concilier les envies de tout le monde fut difficile. Mon père a continué seul la vente directe. Trente ans en arrière, suite à la réforme de la Pac, les exploitations commençaient à se diversifier.

À la base, quelle était l’activité de votre ferme ?

Pendant longtemps, ce fut une ferme vivrière. Ma famille est implantée ici depuis plus de deux cents ans. Nous avons eu des cochons et des chevaux de trait. Plus récemment, mes grands-parents ont eu des vaches allaitantes puis des vaches laitières.

C’est donc une ferme d’élevage.

De manière récente, oui. Cependant, l’activité principale a toujours été la production de céréales.

Depuis quand dirigez-vous l’exploitation  ?

J’ai repris la ferme en avril 2017, suite au décès de mon père en octobre 2016.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de prendre le relais  ?

Je n’étais pas prédestinée à revenir sur la ferme. Diplômée d’une école de commerce, je vendais du café à Dijon (Côte-d’Or). Après la disparition de mon père, je me suis interrogée. Ne voulant pas avoir de regret, je me suis lancée dans l’aventure  !

Comment avez-vous appris votre nouveau métier ?

M’étant installée dans des conditions particulières, je n’ai pas suivi de formation. J’ai appris la partie animale sur le tas. Mais je connaissais le fonctionnement de la structure et la commercialisation. Je suis née en même temps que l’entreprise s’est créée. L’univers m’était donc familier.

En quoi consiste un élevage de cerfs  ?

Ce sont des cerfs élaphes, une espèce très rustique qu’on retrouve dans les forêts. Les animaux ont un mode de vie similaire à l’état naturel. Ils se reproduisent lors du brame. La gestation est de huit mois. Les faons arrivent en mai et juin. Pour éviter les problèmes sanitaires, comme dans un élevage standard, les animaux sont vermifuges et bouclés. En revanche, ils sont dehors toute l’année. Comme ils évoluent dans un parc clos, nous veillons à ce qu’ils accèdent à la nourriture quels que soient les aléas climatiques.

De quelle manière nourrissez-vous vos cervidés  ?

Les cerfs sont des ruminants. Ils mangent principalement de l’herbe. Nous fournissons du foin, que nous mettons de côté au printemps, et de l’orge cultivée sur la ferme. Nous achetons uniquement les pierres à sel. Celles-ci apportent des oligoéléments.

Le travail semble peu contraignant…

C’est plus de la surveillance que de l’intervention. Il n’y a pas l’astreinte d’une traite matin et soir. Cependant, ce sont des animaux sauvages. Quand j’ai besoin de les attraper pour des motifs sanitaires, c’est beaucoup plus compliqué que des vaches laitières  !

Où vos animaux sont-ils abattus  ?

Nous travaillons avec un établissement de Vendôme, situé à quinze minutes. Cela évite aux animaux de stresser. Ceux-ci sont abattus immédiatement. Je récupère les carcasses et je les transforme dans notre laboratoire de découpe. Nous y conditionnons la viande sous vide en rôtis, en steaks ou en pavés pour les morceaux nobles. Nous ne valorisons pas nous-mêmes les morceaux secondaires et collaborons avec un charcutier pour l'élaboration des recettes. Selon les saisons, nous fabriquons du civet, de la terrine, des rillettes, du saucisson, etc.

Quels sont vos débouchés ?

Outre les ventes à la ferme, nous travaillons avec des épiceries fines et nous participons à des marchés gastronomiques. Par ailleurs, nous sommes membres du magasin de producteurs de Saint-Gervais-la-Forêt et de Bienvenue à la ferme. Objectif  : mettre en avant les productions locales.

Que signifie pour vous être ferme découverte ?

Venir nous voir est le meilleur moyen de comprendre notre métier !

Quels sont vos projets  ?

Notre clientèle est très demandeuse au moment des fêtes. Je souhaiterais accueillir plus de monde le reste de l’année. L’enjeu : désaisonnaliser mon activité. Cependant, ma vocation n’est pas de vendre du cerf toute l’année mais d’attirer la clientèle par une offre touristique autour d’un élevage atypique. Via Bienvenue à la ferme ou d’autres groupes de producteurs, je souhaite amplifier la mutualisation des moyens. Ainsi, le magasin de Saint-Gervais-la-Forêt existe car nous sommes plusieurs. Individuellement et collectivement, nous avons encore beaucoup de travail à accomplir pour nous professionnaliser.

Propos recueillis par Olivier Joly

Dirigeant la ferme de l’Étang à Épuisay, Chloé Norguet possède 85 biches et deux cerfs. La SAU de l’exploitation est de 180 ha, dont 140 ha de céréales. Les 40 ha restants sont dédiés au fourrage et au parc des cervidés. Durant toute la période estivale, il est possible de visiter l’élevage le mercredi et le vendredi à 10 heures sur rendez-vous. Plus d’informations au 02.54.72.01.67.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages