«  L'agriculture est une réponse économique, demain, au défi bas carbone  »

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:08
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
«  L'agriculture est une réponse économique, demain, au défi bas carbone  »

Président de la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux, Arnaud Rousseau fait le point sur ces différentes filières et les conséquences de la crise du Covid-19 sur celles-ci.

Horizons  : Alors que les emblavements des cultures oléoprotéagineuses - excepté pour le tournesol - sur l’ensemble du territoire français s’achèvent, quelles sont les évolutions notables en termes de surfaces  ?

Arnaud Rousseau : Après deux années sèches, couplées au développement d’insectes et à l’interdiction de certains produits phytosanitaires, la surface devrait s’établir en 2020 aux environs de 1 100 000 hectares en France contre 1 400 000 hectares il y a quatre ans. À noter qu’environ 50 000 hectares ont été détruits suite au gel subit pas les cultures début avril. A contrario, nous avions anticipé le retournement de parcelles qui, au final, ont été maintenues. Au stade actuel, la floraison est satisfaisante. Toutefois, on ne mesure pas encore l’impact total du gel et de l’absence d’eau.

Concernant le tournesol, les semis débutent avec, en prévision, une sole en hausse. Cette culture remplace des céréales là où elles n’ont pas pu être implantées suite à la forte pluviosité hivernale. Pour les pois d’hiver, la surface est stable alors que celle de pois de printemps poursuit sa légère tendance haussière.

En raison de la pandémie de Covid-19, quelles sont les incidences sur les outils industriels permettant la transformation des oléoprotéagineux  ?

Nous enregistrons une sous consommation du biodiesel d’environ - 35 à - 40  %. Si les voitures des particuliers ne circulent quasi plus, la flotte de camions est encore en activité. Notons que l’Oléo 100, carburant 100  % végétal lancé par Saipol et destiné aux flottes captives, est un moyen de diminuer l’empreinte carbone. Dans ce contexte, on a craint une rupture de l’approvisionnement en tourteaux, mais il n’y a pas eu de rupture avérée. Cette situation a eu la vertu de mettre en avant la nécessité de produire de l’huile pour avoir des tourteaux et l’importance de l’autonomie en protéines en Europe dans la droite ligne du plan protéique bâti par la profession agricole.

Au niveau de l’outil industriel, les sites de trituration fonctionnent en France, mais la plupart des unités d’estérifications sont à l’arrêt. Actuellement des discussions sont en cours avec le parlement afin de faciliter la fiscalité des exportations de bioénergies.

Toutefois, la vraie échelle de notre souveraineté tant énergétique que protéique doit être européenne. C’est le seul moyen pour faire face aux réactions de certains États à l’instar de ce qui s’est produit avec les USA qui ont taxé les vins français en réponse aux aides versées à Airbus. La souveraineté ne peut également s’envisager qu’en tenant compte de l’ensemble des régions du monde. Il en va de la protection de notre territoire.

Et à l’avenir ?

Le circuit court n’est qu’une partie de la réponse. Si ce modèle a toute sa place, il ne doit pas être le modèle unique. La filière oléoprotéagineuse se recentre sur l’intérêt d'avoir des producteurs et des outils industriels à proximité. Nous devons redonner une ambition politique au secteur agricole. On ne doit pas faire un retour en arrière mais tirer des enseignements de cette crise sanitaire pour avoir une vision globale et moderne de l’avenir.

L’agroalimentaire a bien tenu, mais nous devons nous redonner une marge de manœuvre. Nous traversons une situation difficile qui de crise sanitaire devient une crise économique. Il faudra des priorités. L’agriculture, demain, est une réponse économique au défi bas carbone.

L.G.-D.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages