« La profession s’inquiète »

par Laure Sauvage, mis à jour à 00:04
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« La profession s’inquiète »

Didier Delory, président de la FNSEA 41, commente la suppression des produits phytopharmaceutiques en l’absence d’alternative.

Horizons : De quels moyens de protection des cultures les exploitants disposent-ils ?

Didier Delory : Nous avons des herbicides, des insecticides et des fongicides. Ces produits soignent les plantes et les protègent contre les insectes. Les techniques de travail du sol favorisent la vie microbienne et entraînent une certaine autodéfense du milieu.

D’année en année, la liste des produits autorisés diminue. Comment réagissez-vous ?

Effectivement, nous pouvons utiliser de moins en moins de produits car les autorités sanitaires les jugent nocifs pour l’homme ou l’environnement. Or nous ne disposons d’aucun moyen de substitution.

Les néonicotinoïdes en traitement de semences sont interdits depuis 2018. Qu’en pensez-vous ?

Je ne serais pas forcément opposé à leur suppression si nous disposions d’une alternative. Or, aujourd’hui, les insectes détruisent les cultures d’hiver. Les remplacer par des cultures de printemps représente un coût. En outre, cette année, à cause du Covid-19, nous subissons des destructions de cultures par les corvidés. L’agriculture ne peut plus supporter cette double peine.

Le glyphosate est homologué jusqu’en 2022 : faudra-t-il aller au-delà ?

Parfois, le glyphosate est nécessaire. Il faudra donc proroger son homologation, peut-être avec des conditions d’utilisation. J’ignore lesquelles car le spectre est large. Le glyphosate n’est pas cancérigène. Mais, sous la pression des médias, le public est persuadé du contraire.

La profession s’inquiète de la suppression des produits phytopharmaceutiques tant que des solutions de remplacement ne sont pas trouvées. Je rappelle que nous sommes l’un des pays produisant la nourriture la plus saine.

Comprenez-vous néanmoins qu’il faille protéger l’environnement ?

Nous sommes les premiers protecteurs de l’environnement. Vivant au quotidien sur le territoire, nous savons comment les plantes se comportent. Pendant le confinement, les gens ont découvert que certaines substances étaient nécessaires pour produire. Trois mètres, cinq mètres ou cent mètres, je ne vois pas la différence !

Les produits sont homologués par les autorités sanitaires. L’État a donc une part de responsabilités. Les herbicides, les insecticides et les fongicides ont un coût. Donc, pour des raisons économiques, nous n’utilisons pas n’importe quoi. Nous avons parfaitement conscience des enjeux sanitaires et environnementaux.

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages