« La question de l’accessibilité à l’eau est cruciale »

par Doriane Mantez, mis à jour à 12:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« La question de l’accessibilité à l’eau est cruciale »

Pierre Bourbon, éleveur de bovins et céréalier à Boisseau, dans la Beauce loir-et-chérienne, fait un point sur la sécheresse estivale.

Horizons : Quelles sont les conséquences du temps estival et ensoleillé de ces derniers mois sur votre exploitation ?

Pierre Bourbon : Contrairement à d'autres agriculteurs, je n'ai pas tant que ça été touché par la sécheresse. J'ai la chance d'être irrigant avec près de deux tiers de parcelles irrigables. Mais il est important de rappeler que l’irrigation est une activité supplémentaire pour l’exploitation qui engendre des coûts importants. J'ai fait le choix que toutes mes surfaces fourragères soient irrigables afin d'assurer une plus grande régularité de ma production. Situé à Boisseau (au nord de Vendôme), je dépends de la nappe de Beauce blésoise, qui n'a pas connu cette année de restriction supplémentaire par rapport aux quotas qui nous ont été attribués en mars. Il me reste ensuite à gérer l'eau avec intelligence et parcimonie, à sélectionner mes cultures en conséquence.

Selon vous, quelles sont aujourd’hui les solutions existantes pour minimiser les risques liés à la sécheresse ?

S’il y avait une recette miracle ça se saurait ! Il ne faut compter que sur les organismes techniques pour trouver des solutions pour nous. Les excès de pluviométrie et sécheresse nous poussent à essayer d’adapter les cultures. Il faut se diversifier, chercher à tester des choses sur nos exploitations pour trouver des plantes « passe-partout » qui nous aiderons à passer ces caps difficiles. Depuis maintenant dix ans, j’essaie sur de petites parcelles de nouvelles plantes, associations de cultures et regarde ce qui se passe. Cette année, chez moi il n’y a pas photo, le maïs Aquamax et sorgho multicoupe ont eu un très bon comportement : ils ont pas trop mal supporté la chaleur et bien réagi aux faibles pluies et à l’irrigation. Quant à ma prairie permanente, c’est un vrai paillasson… J’ai fait le choix de ne plus l’irriguer depuis plusieurs années. Pour les agriculteurs qui ont un assolement basé sur l’herbe, il va falloir qu’ils arrivent à avoir un stock pluriannuel. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire surtout quuand on sort d’une année comme celle-ci où l’hiver va être difficile à passer pour les éleveurs. Il faut donc que les exploitations s'habituent à avoir plus de stock qu'avant et ça d’une année sur l'autre. Là encore plus facile à dire qu’à faire…

Comment envisagez-vous la suite ?

Il y a dix années, on parlait de changement climatique qui pourrait engendrer d’intenses périodes humides et sèches. Devant les à-coups climatiques que nous subissons depuis ces trois années, ça à tendance à nous faire croire que c'est en train d'arriver... Tributaires du climat, les agriculteurs vont devoir, une fois de plus, s’adapter et changer leur façon de travailler, compliquant encore le métier. Afin de sécuriser les productions, il me semble très intelligent de stocker l'eau en période d'excès afin de l'utiliser à bon escient en période sèche. L’idée est que ce soit quelque chose de vertueux : un dispositif de sécurisation de la ressource et non pas un moyen pour augmenter les rendements. La question de l’accessibilité à l’eau est cruciale. Les irrigants paient des redevances de plus en plus lourdes à l’Agence de l'eau Loire-Bretagne. Il serait judicieux que ces sommes importantes reviennent aux agriculteurs qui souhaitent mettre en place des infrastructures pour le stockage de l'eau, aussi bien pour des projets collectifs qu’individuels. Capter les eaux de drainage pour pouvoir s’en servir est une nécessité. Malheureusement trop peu de projets de retenus d’eau voient le jour car ils représentent des coûts exorbitants qui ne sont pas rentables. Or, c’est à ça que devraient servir nos cotisations !

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages