« L’année 2018 symbolise la première récolte mécanique de noix »

par Doriane Mantez, mis à jour à 18:38
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« L’année 2018 symbolise la première récolte mécanique de noix »

La symbolique première récolte de noix a eu lieu en Loir-et-Cher. Benoît Lonqueu, Agriculteur à Maves et responsable du groupe noix 41, fait le point.

Horizons : Pouvez-vous nous présenter le groupe noix du Loir-et-Cher ?

Benoît Lonqueu : Née d’une intention individuelle, l’envie de se lancer dans l’aventure des noix s’est transformée en un projet collectif, avec la création d’un groupe noix courant 2010. Tout s’est enchaîné rapidement puisque les premières plantations des noyers ont débuté dès 2011 et se sont poursuivies jusqu’en 2014. La filière nuciculture compte à ce jour dix-neuf agriculteurs du département, soit l’équivalent de 180 hectares (2 à 16 hectares par exploitation), réparties sur trois secteurs : Nourray/Saint-Amand-Longpré, Maves/La Chapelle-Saint-Martin-en-Plaine et Villermain/Beauce-la-Romaine. Afin de devenir expert de la noix, nous suivons régulièrement des formations dans l’Isère, la Marne ou encore le Tarn-et-Garonne - les bassins historiquement producteurs de noix - où nous sommes vus comme un acteur complémentaire et non comme un concurrent car il y a de la place sur le marché.

La première récolte a eu lieu il y a une quinzaine de jours. Comment s’est-elle déroulée ?

L’année 2018 est symbolique car c’est la première récolte mécanique de noix. Elle marque le début d’une longue aventure ! Comme cela avait été planifié, seulement une dizaine d'hectares sur les 180 plantés ont donné pleinement leurs noix. À l’aide des trois Cuma mises en place sur chaque secteur, nous avons acheté des engins agricoles spécifiques : un vibreur pour faire tomber les fruits coques au sol et une balayeuse pour les ramasser. La gestion post-récolte (lavage, séchage, écalage et triage) a été effectuée dans le Cher et nous avons donné le mandat de commercialisation à la coopérative Axéréal fruits et légumes. Cette première expérience a été très positive, les noix sont de qualité et bien calibrées. C’est le début de l’aboutissement d’un long travail de patience. Après sept années d’investissement, de boulot (plant, taille, entretien, irrigation…) et de prise de risque financière, les quelques agriculteurs récoltants sont heureux de pouvoir enfin déguster leurs noix de Loir-et-Cher.

Comment envisagez-vous la suite de cette aventure technique et humaine ?

Nous avons confiance en l’avenir puisque toutes les études montrent que la consommation des fruits secs va continuer d’augmenter dans les années à venir. 2019 va être l’année de lancement de la récolte grandeur nature, sauf aléas climatiques (gel tardif ou excès d’hydrométrie) bien sûr... Quand tous les vergers seront en production, ça représentera entre 400-500 tonnes de noix, soit 2 % de la production française. Afin d’être plus autonome et performante, chaque Cuma va investir dans ses propres machines et nous allons créer une unité départementale pour la gestion post-récolte. Nous souhaitons aussi trouver un nom, créer une marque avec un fort encrage territorial qui permettra d’identifier en un coup d’œil que ce ne sont pas des noix de n’importe où, bien celles de Loir-et-Cher ! Il est aussi primordial de communiquer sur le fait que la nuciculture favorise la biodiversité et le stockage du carbone grâce aux arbres plantés en Beauce, à l’enherbement du rang... Pour moi, au niveau personnel, c’est une diversification supplémentaire qui me tient vraiment à cœur. Car quand vous plantez des arbres ce ne sont des radis de dix-huit jours… Il y a une notion de transmission, de durabilité. Et puis c’est une aventure humaine, avec un échelon collectif. Monter une filière noix sur un département dépourvu c’est un beau défi réussi !

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages