«  Notre activité est stratégique  »

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:30
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
«  Notre activité est stratégique  »

Guillaume Perdereau est agriculteur à Rouvray-Sainte-Croix (Loiret) et vice-président d’Axéréal.

Horizons  : Comment votre coopérative a-t-elle adapté son organisation depuis le début de la crise sanitaire  ?

Guillaume Perdereau  : Cette crise est inédite et la coopérative s’est immédiatement mobilisée. Nous avons mis en place une protection des salariés et des agriculteurs qui viennent sur nos sites. Nous insistons quotidiennement sur le respect des gestes barrières. Pour les agriculteurs, nous avons mis en place un système de distribution sans contact, avec des commandes à distance et un retrait des colis sur site sur une palette isolée.

En effet, notre seconde priorité est d’assurer la continuité de nos activités. J’ai également vu beaucoup d’outils de sensibilisation circuler et être affichés sur les sites. Nous veillons par exemple à traduire les consignes dans plusieurs langues afin que les chauffeurs extérieurs en prennent connaissance. Tout le monde applique les règles et je salue le sens des responsabilités des salariés et des agriculteurs.

Les silos de la région sont-ils ouverts et accessibles  ?

Oui, tout fonctionne globalement bien. Quelques ajustements locaux ont eu lieu, par exemple l’arrêt de la distribution de produits phytosanitaires à Sandillon (Loiret), avec un report sur le site de Tigy (Loiret), mais cela reste marginal.

Les adhérents peuvent-ils s’approvisionner en phytosanitaires et autres intrants  ?

Absolument. Ils téléphonent avant et ils viennent récupérer leurs commandes sur place. Celles-ci sont mises à disposition sans contact avec les salariés. Notre activité est stratégique et le travail dans les champs doit se poursuivre sans accroc. L’approvisionnement en intrants est une priorité. Cette période particulière est aussi l’occasion de tester grandeur nature notre site de e-commerce, qui permet à des adhérents de recevoir directement leurs commandes chez eux.

L’épidémie de coronavirus perturbe-t-elle votre production  ?

Pour les productions agricoles, tout se poursuit normalement. Les agriculteurs sont dans les champs. Concernant nos sites de transformation, les usines ont mis en place des plans de continuité. Les gammes ont été resserrées et nous ajustons les productions en fonction du marché.

Quel est l’état d’esprit de vos adhérents et que leur avez-vous dit  ?

Depuis le début de la crise, nous informons les adhérents via nos canaux habituels  : Axéréal.pro, SMS, informations sur site etc. Globalement, l’information circule bien. Du côté des conseils de régions, nous maintenons des points réguliers pour échanger et faire remonter les attentes des agriculteurs. Les outils numériques sont précieux car ils nous permettent de maintenir en place nos instances territoriales, tout en étant à distance les uns des autres. Par ailleurs, les présidents de régions s’adressent régulièrement à leur conseil à travers une lettre d’information pour garder le lien en cette période si particulière.

Êtes-vous confrontés à des problèmes de stockage ?

Les dix premiers jours de confinement ont été difficiles. Nous avons notamment fait face à des difficultés logistiques. Mais les choses vont mieux. Notre secteur est prioritaire pour la nation. Notre structuration en filière nous permet de livrer correctement nos clients et d’assurer le fonctionnement de la chaîne alimentaire.

La crise perturbe-t-elle vos débouchés traditionnels ?

Notre groupe coopératif est agile. Néanmoins, il y a quelques adaptations. Par exemple, en meunerie, nous produisons davantage de farine pour les grandes surfaces et livrons un peu moins la boulangerie artisanale.

Quelles mesures avez-vous mises en œuvre face aux difficultés rencontrées et quels résultats espérez-vous  ?

Dans chaque branche, nous avons mis en œuvre un plan de continuité. Concernant l’activité agricole, notre objectif est d’accompagner les exploitants. L’enjeu  : la poursuite du travail en toute situation, dans les meilleures conditions de sécurité. Nous essayons d’anticiper au mieux l’évolution de la crise et nous nous adaptons au jour le jour.

Selon vous, quel peut être l’impact de la crise sur le cours des céréales  ?

Sincèrement, personne ne peut le prédire. Nous regardons les cours avec attention et nous nous assurons que la filière reste organisée pour s’adapter en permanence à la situation. Nous restons très vigilants au transport et à la logistique, vitaux pour que nos clients soient livrés.

Comment voyez-vous la prochaine moisson  ?

Cette année, les assolements ont été perturbés. Les blés n’ont pas été implantés dans des conditions parfaites, du fait d’un automne et d’un hiver pluvieux. Les colzas, qui avaient déjà connu une baisse, ont subi un épisode de gel récent. Les cultures semées actuellement sont confrontées à un déficit hydrique.

Nous souhaitons une météo favorable et nous saurons nous adapter  ! Espérons que cet épisode rappelle aux citoyens que notre métier est essentiel pour permettre au pays, même en période difficile, de s’alimenter sainement et en quantité suffisante.

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages