«  Nous espérons que la saison sera bonne  »

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:40
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
«  Nous espérons que la saison sera bonne  »

Apiculteur à Yvoy-le-Marron, Nils Aucante représente la profession à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire. Il livre son regard sur la filière.

Horizons : Comment êtes-vous devenu apiculteur et en quoi consiste votre métier  ?

Nils Aucante : Mon grand-père et mon père possédaient des ruches en tant qu’amateurs. J’ai repris la ferme en 2016. C’est à la fois une continuité familiale et une discontinuité professionnelle. Auparavant, j’étais reporter et réalisateur à l’international. J’ai trois cents ruches. Je produis du miel et du pollen et j’élève des abeilles. Je pratique également la sélection génétique de reines car je travaille avec de l’abeille noire locale. Je vends des reines et des essaims aux professionnels et aux amateurs. La ferme compte aussi trente brebis solognotes.

Que faut-il pour créer un élevage apicole  ?

Je recommande d’effectuer une saison complète chez un professionnel et, en parallèle, de se former. Nous dépendons de la météo. Or celle-ci change de plus en plus. Conséquence  : d’une année sur l’autre, la production de miel varie de un à dix. Dans d’autres secteurs, la situation ne serait pas tenable. De même, certaines années, des apiculteurs amateurs perdent 50  % de leur cheptel par manque de formation. Même les professionnels se forment. Exemple  : l’élevage de reines. Ainsi, je crée de nouvelles colonies pour l’année prochaine. Nous avons besoin d’avoir un temps d’avance. C’est la raison pour laquelle le métier est plus complexe que trente ans auparavant.

Que représente l’apiculture en Loir-et-Cher et en Centre-Val de Loire  ?

La région compte de nombreux professionnels, certes moins que dans le sud de la France ou en Auvergne-Rhône-Alpes. Une grosse partie des ruches est détenue par des amateurs. Les ruchers-écoles sont relativement rares. En revanche, la transhumance est très répandue. Les apiculteurs déplacent leurs ruches sur du colza ou du tournesol. De nouvelles cultures type lavande apparaissent et des apiculteurs fabriquent du miel de lavande. Par ailleurs, en été, des apiculteurs extérieurs à la région viennent faire du miel de forêt en Sologne  : acacia, châtaignier, etc.

Y a-t-il une ou plusieurs manières d’élever des abeilles  ?

Il y a autant de manières de procéder qu’il y a d’apiculteurs  ! Chacun crée le modèle qui lui convient. Personnellement, étant solognot et sédentaire, je produis du miel forestier. Pour vivre de son métier, trois cents ruches au minimum sont nécessaires.

Quels sont les débouchés du miel loir-et-chérien  ?

Ma réponse est la même que précédemment  : il y a un débouché par apiculteur. Certains se focalisent sur les marchés. D’autres vendent à fûts à des intermédiaires qui conditionnent pour la grande distribution. Des opérateurs achètent du miel de la région pour l’export. Personnellement, je valorise mon miel biologique en vendant à la ferme, à des restaurants et à des épiceries fines.

Le passé a été marqué par des tensions entre agriculteurs et apiculteurs : qu’en pensez-vous ?

Les abeilles sont surtout sur le colza et le tournesol. À une époque, les problèmes ont concerné les semences enrobées et le traitement des cultures. Les interventions n’étaient pas effectuées aux moments opportuns. Aujourd’hui, dans la région, les diverses professions travaillent en bonne intelligence.

Quelles sont les conséquences du Covid-19 sur votre filière  ?

Des apiculteurs vendaient dans des lieux touristiques ou à des restaurants. Leur fermeture (cet entretien a été réalisé le 21 mai, NDLR) a entraîné une perte de chiffre d’affaires. Le confinement est intervenu pendant un temps fort de la saison apicole. N’ayant plus à nous soucier des ventes, nous avons davantage travaillé dans nos ruches. Les apiculteurs se sont recentrés sur leur métier. Cependant, pour la vente en gros, le prix constitue une vraie question. Les cours des miels de printemps ont chuté. Certains apiculteurs ne vendent pas leur récolte car ils attendent une remontée des prix. Nous espérons que la saison sera bonne et que nous pourrons pallier à la crise dans l’année qui vient.

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages