"Nous n'avons pas de leçon de gestion à recevoir de l'Etat"

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:14
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
"Nous n'avons pas de leçon de gestion à recevoir de l'Etat"

La chambre d'Agriculture de l'Ile-de-France n'a exceptionnellement pas respecté l'ordre du jour de sa session d'automne le 25 novembre.

« La situation est grave pour les compagnies consulaires, pour notre chambre d'Agriculture. L'État a décidé de s'attaquer aux budgets des chambres d'Agriculture en ponctionnant 45 millions d'euros et en réduisant la taxe affectée issue de la taxe sur le foncier non bâti (TATFNB). Exceptionnellement, pour manifester notre mécontentement face à des perspectives budgétaires qui vont mettre à mal notre fonctionnement, nous ne respecterons pas l'ordre du jour de cette session. » C'est par ces mots que le président de la chambre d'Agriculture de l'Ile-de-France, Christophe Hillairet, a introduit la session d'automne, mardi 25 novembre au Chesnay (Yvelines), en présence des élus et des représentants de l'État, dont le secrétaire général de la préfecture des Yvelines, Julien Charles.
Le président a d'abord laissé place à la lecture du budget avant de proposer au vote plusieurs délibérations, notamment budgétaires et tarifaires, et de prononcer un discours : « Le budget et les tarifs que nous avons présentée ont été établis avec les éléments connus à ce jour et donc, sans anticipation du vote de  la loi de finances en cours d'examen au Parlement. Je ne sais pas si cela a grand sens », a regretté Christophe Hillairet avant de poursuivre : « L'État, au vu de ses finances catastrophiques, joue les prédateurs et vient ponctionner de l'argent dans des établissements publics dont les comptes sont équilibrés. C'est une véritable spoliation. Les bons gestionnaires que nous sommes sont punis. On nous demande de mettre en place une politique et on enlève nos moyens. »
Le président de la chambre d'Agriculture a également évoqué les conséquences dramatiques que cette loi de finances pourrait avoir sur le quotidien de l'établissement public : « La perte financière est estimée à 490 000 euros par an pour l'Ile-de-France » affirme-t-il : « Il faut aussi savoir que des emplois sont menacés : au niveau national, entre trois cents et mille deux cents au terme de ces trois ans. Les agriculteurs vont eux aussi être impactés car la chambre d'Agriculture va devoir développer ses prestations payantes. » 
Dans ce contexte, Christophe Hillairet a proposé une délibération de délégation d'attribution au bureau afin de revoter le budget et les tarifs en cas de changement d'ici à la fin de l'année ainsi qu'une délibération relative aux perspectives budgétaires. « Nous avons fait des propositions d'amendements », a indiqué le président de la chambre : « Nous demandons également le maintien au même niveau de la TATFNB. La baisse annoncée de moins de cinquante centimes par hectare n'aura de toute façon aucun impact sur la compétitivité des exploitations. » À l'issue de son discours, Christophe Hillairet a clos la session, sans même laisser la parole au représentant de l'État, Julien Charles, comme il est normalement d'usage. « Nous n'avons sûrement pas de leçon de gestion à recevoir de l'État », a lancé le président.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages