« Pisseurs de glyphosate » : les agriculteurs contre-attaquent

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:38
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Pisseurs de glyphosate » : les agriculteurs contre-attaquent

Des agriculteurs de la région Centre-Val de Loire ont procédé à des tests d’urine pour y identifier et quantifier le glyphosate. Le verdict est rassurant.

Jeudi 12 mars, à la Maison de l’agriculture, les agriculteurs de la FNSEA Centre Val-de Loire (CVL) ont livré les résultats des tests au glyphosate réalisés dans les urines d’une soixantaine de volontaires dans le but de contrer la campagne des « pisseurs de glyphosate involontaires ».

Ce mouvement anti-pesticides a déposé depuis 2018 plus de 5  000 plaintes pour « tromperie aggravée », « mise en danger de la vie d’autrui » ou encore « atteinte à l’environnement » après avoir fait réaliser des tests de leurs urines, qui y ont révélé la présence de glyphosate dans des proportions présentées comme alarmantes.

Comme dans d’autres régions, les agriculteurs de la FNSEA CVL ont eux aussi voulu se soumettre aux « glyphotests ».

Bertrand Petit, le président de la FNSEA 28, explique  : « Il était intéressant de faire des tests avec d’autres techniques que celles des ''pisseurs'', et de tester des gens a priori directement exposés au glyphosate, pour voir si on est plus touchés par ce qu’on produit que nos concitoyens citadins. Nous avons fait appel à un huissier, pour être irréprochables ».

Soixante-quatre agriculteurs de la région ont participé à l’opération, dont douze Euréliens.

Ils ont fait appel aux deux méthodes qui permettent de doser le glyphosate dans les urines, et ont organisé un test croisé entre trois laboratoires.

L’allemand BioCheck (qui avait analysé les échantillons des « pisseurs ») et un laboratoire de Metz ont utilisé la méthode Elisa*. Un autre laboratoire français a réalisé une analyse par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse en tandem.

Les résultats obtenus sont rassurants  : les deux méthodes ont permis de retrouver du glyphosate, mais pas de façon systématique et en petites quantités. La concentration maximale, relevée dans un échantillon avec le test Elisa, est d’environ 2,6 ng/ml, une valeur très inférieure à la valeur toxicologique de référence du glyphosate dans l’eau de boisson (900 ng/ml).

Autre résultat  : les agriculteurs qui utilisent le plus de glyphosate ne semblent pas en avoir plus que les autres dans leurs urines.

Les deux méthodes présentent par ailleurs des résultats très différents sur les mêmes échantillons  : Elisa a détecté des concentrations toujours plus élevées que par chromatographie, avec un facteur de variation qui change d’un individu à l’autre.

Chez les cobayes euréliens, la chromatographie n’a pas décelé de concentration de glyphosate supérieure à 0,8 ng/ml, tandis qu’Elisa a mis en évidence une concentration supérieure à 1,1  ng/ml pour plus de la moitié des échantillons  !

Pour les agriculteurs, cela pose la question de la pertinence de la méthode choisie par les « pisseurs involontaires »  : « Elisa n’est pas un test de référence, il est médiatique, en plus d’être simple à réaliser et peu coûteux. Avec ce test, il était presque sûr de trouver du glyphosate. Il y a de la manipulation  ! », avancent-ils.

Le monde scientifique penche dans leur sens  : la méthode Elisa a été conçue pour des tests rapides dans l’eau, une matrice beaucoup moins complexe que l’urine, et elle risque fortement d’être soumise à des interactions.

L’association chromatographie/spectrométrie est jugée plus fiable  : dans un mélange comme l’urine, elle permet de séparer, identifier et quantifier les différents composés.

Finalement, « le glyphosate est-il toxique pour la santé  ? », interroge Joël Guillemain, l'un des experts toxicologues auquel la FNSEA CVL a fait appel pour interpréter les résultats des glyphotests.

Il juge que le glyphosate « ne représente pas un risque pour la santé humaine dans le cadre d’une utilisation normale du produit », se rangeant du côté de la majorité des agences sanitaires.

Ainsi, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) n’en reconnaît ni la dangerosité ni le caractère cancérogène ou génotoxique. Quant à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), elle juge que le consommateur français ingère chaque jour moins de 1  % de la dose journalière admissible de glyphosate.

Si le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) classe le glyphosate « cancérogène probable », Joël Guillemain a une explication  : « Le Circ évalue le danger, qui prend en compte toutes les éventualités possibles, par exemple boire un demi-litre de glyphosate  ! », au lieu d’évaluer le risque, qui prend en compte la notion d’exposition au produit.

Bertrand Petit appuie  : « Nous, on pulvérise le glyphosate, on ne l’applique pas sur les plantes. Les jets sont dirigés vers le sol. Avec cette méthode, le risque est infime  ! »

Les agriculteurs attendent maintenant des réponses  : « Nous voudrions que l’État et les scientifiques nous disent à quel test nous fier ». Ils prévoient de riposter aux plaintes des « pisseurs involontaires » via « une information au procureur, peut-être des dépôts de plaintes ».

Ils insistent  : « Le monde agricole n’est pas contre la santé publique  ! Mais quand il y a manipulation de l’information, on doit se rebiffer ».

Et ils s’adressent aux consommateurs  : « Le risque, c’est quand des produits sont importés de pays où le glyphosate est utilisé sur des plantes en végétation. Les citadins doivent consommer français  ! ».

Laure Sauvage

*Enzyme-Linked Immuno Assay, dosage d'immunoabsorption par enzyme liée

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages