« Un ralentissement des enlèvements »

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:50
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Un ralentissement des enlèvements »

Jean-Claude Legrand dirige la coopérative de Puiseaux.

De quelle manière gérez-vous la crise sanitaire ?

Jean-Claude Legrand  : Nous avons mis en place un plan de continuité d’activité puisque nous sommes dans la chaîne prioritaire pour l’alimentation humaine. Nous maintenons une présence physique là où c’est indispensable, notamment les silos et le local réceptions-expéditions. En revanche, nous avons pris les mesures de protection adéquates, à savoir l’isolement complet du personnel vis-à-vis de l’extérieur. L’accès aux bureaux et au local de pesée est interdit à toute personne étrangère à l’entreprise. Nous communiquons par une fenêtre sur laquelle nous avons installé une vitre de protection en plexiglas.

Combien de personnes se trouvent actuellement sur le site  ?

Neuf personnes sur dix-sept sont physiquement présentes. Les huit autres sont en télétravail. J’ai besoin de quelqu’un pour dépouiller le courrier et encaisser les chèques. Nous avons donc instauré une rotation entre trois personnes. Pour le pont-bascule, c’est la même chose. Concernant la partie technique et le service aux adhérents, les gens travaillent à distance.

Concrètement, comment cela se passe-t-il pour un agriculteur qui voudrait acheter ses intrants ?

La coopérative reste ouverte pour répondre aux besoins des agriculteurs (engrais, semences, etc.). Cependant, les intéressés prennent rendez-vous avant de venir. Les produits sont mis sur une palette pour qu’il n’y ait aucun contact avec les salariés.

Quelles sont les conséquences de la crise sur l’activité de la coopérative  ?

Nous avions un gros débouché en blé de force. Or la boulangerie industrielle qui fournit la restauration rapide a fermé trois de ses quatre chaînes de fabrication. Les drives ne compensent pas la fermeture des restaurants. D’où un ralentissement des enlèvements. Les reports en fin de campagne seront plus élevés que prévus.

Êtes-vous prêts à faire face à la situation  ?

Pour l’instant, pas vraiment  ! Nous réfléchissons pour trouver une solution. Par ailleurs, en orge brassicole, nous venons d’apprendre que la navigation sur le canal du Loing était arrêtée. Or des petits bateaux étaient prévus en chargement en avril, mai et juin. Nous craignons un ralentissement des enlèvements.

Qu’avez-vous dit à vos collaborateurs  ?

Nous avons eu deux réunions de présentation de la maladie et des modes de contagion. Le personnel a été informé dès le début de la crise. Avec le Comité social et économique, nous avons validé les moyens de protection à adopter. S’en est suivi l’achat de gants, de masques et de gel hydroalcoolique.

Nous avons également défini un plan de fonctionnement interne  : nous avons arrêté de nous saluer le matin et nous restons à plus d’un mètre les uns des autres. Les regroupements de plus de dix personnes sont prohibés. Or nous sommes neuf. Par ailleurs, la coopérative a acheté des licences VPN pour sécuriser les accès informatiques au serveur central.

Avez-vous eu des contacts téléphoniques avec vos clients  ?

Certains d’entre eux nous ont appelés pour savoir quelles dispositions nous avions prises pour continuer de les servir.

Quel est l’état d’esprit des adhérents de la coopérative  ?

Plusieurs d’entre eux nous ont contactés pour nous demander si la coopérative restait ouverte. Nous leur avons confirmé avoir mis en place un dispositif leur permettant de venir s’approvisionner. À l’entrée, nous avons affiché les règles de précaution à respecter.

Combien de temps pensez-vous tenir  ?

Nous continuerons tant que le personnel ne sera pas directement touché par la maladie, ce qui nécessiterait un confinement particulier…

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages