« ZNT : le coup de massue »

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:43
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« ZNT : le coup de massue »

Agriculteur à Etampes (Essonne), Damien Greffin est président de la FRSEA et de la FDSEA Île-de-France. Il revient sur le décret sur l'utilisation des produits phytosanitaires, dévoilé vendredi 20 décembre.

Horizons : Le gouvernement a dévoilé vendredi 20 décembre le contenu du décret sur l'utilisation des produits phytosanitaires. Quelle a été votre réaction ?

Damien Greffin  : Je suis vent debout contre le contenu de ce décret qui est un véritable coup de massue pour la profession, toutes cultures confondues. On s'interroge une fois de plus sur la réelle volonté du gouvernement français de maintenir une agriculture en France car le texte acte, de facto, le retrait de la production de plusieurs centaines de milliers d'hectares dans le pays. L'avenir de certaines exploitations les plus impactées pourraient même être sérieusement compromis.

La notion de distance est inappropriée et source de conflits avec la population, dans un contexte d'agribashing déjà très fort. Elle ouvre la porte aux conflits de voisinage, amène une sur transposition supplémentaire et réaffirme l’idéologie plutôt que le pragmatisme du gouvernement.

Cette décision est d'autant plus inopportune que nous avons signé, dans les Yvelines, l'Essonne, le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne, des chartes de bon voisinage avec les préfets et les Départements notamment, qui actent nos engagements pour réduire l'impact de nos pratiques.

Que dit précisement le décret ?

Pour les produits CMR1, qualifiés de « substances les plus préoccupantes » par le gouvernement, le décret impose vingt mètres incompressibles au voisinage des zones d'habitation et accueillant des personnes vulnérables. Pour les autres produits, c'est dix mètres pour les cultures hautes (arboriculture, vignes) et cinq mètres pour les autres cultures. Dans certains cas (chartes, système anti-dérive), ces distances pourront être ramenées à cinq mètres pour les cultures hautes et trois mètres pour les autres. L'ensemble de ces dispositions sont applicables dès le 1er juillet 2020 pour les cultures déjà emblavées et dès le 1er janvier 2020 pour les autres.

Dans ces circonstances, pensez-vous que les mobilisations syndicales organisées depuis septembre dernier ont été vaines ?

Absolument pas, bien au contraire. Le gouvernement n'a pas retenu dans le texte l'obligation d'information et le délai de prévenance de la population ni l'obligation de précipitation après les interventions de traitement. Le décret ne s'applique pas non plus sur les semences enrobées, les traitements racinaires et micro-granulés. Notre mobilisation a également permis de montrer l'irresponsabilité des arrêtés communaux à 150 mètres.

Quelle suite allez-vous donner à cette décision ?

Dès les premiers jours de janvier, nos instances se réuniront pour décider de la suite de la stratégie syndicale. Il faudra impérativement trouver les mesures permettant à tous les agriculteurs d'avoir des solutions techniques ou des compensations face à cette nouvelle distorsion de concurrence.

Propos recueillis par Marine Guillaume

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages