À la recherche d’une troisième voie en l’agriculture

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:47
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
À la recherche d’une troisième voie en l’agriculture

Le groupe Agriculture de conservation des sols d’Eure-et-Loir et la chambre d'Agriculture ont organisé une soirée-débat autour du film Bienvenue les vers de terre !, le 15 avril à Chartres.

À l'initiative du Groupe de conservation des sols et de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, le film Bienvenue les vers de terre  ! était projeté le 15 avril au cinéma Les Enfants du Paradis à Chartres, l'occasion de susciter une discussion.

Réalisé à destination du grand public par François Stuck avec les associations Clé de sol et IDÉtorial, le film a présenté l’agriculture de conservation des sols, basée sur le semis direct sous couvert.

Cette technique a pour objectif de rendre le sol plus riche et plus fertile, en y favorisant la vie — et notamment la venue des vers de terre — en arrêtant de labourer. Se proposant comme une troisième voie entre les agricultures conventionnelle et biologique, l’agriculture de conservation s'adapte à toutes les productions agricoles, ou presque.

D’ailleurs, les agriculteurs présents à l’écran travaillaient dans des filières différentes.

Les questions ont fusé de la salle comble pendant le débat qui a suivi le film. Les agriculteurs présents ont voulu savoir par où commencer s’ils désiraient se lancer.

Sarah Singla, agricultrice en Ardèche et spécialiste de ces techniques, a insisté sur l’importante pour les «  novices  » de se tourner vers les agriculteurs chevronnés en agriculture de conservation afin de profiter de leurs recommandations et de gagner du temps. Elle s’est voulue rassurante  : «  La nature n’est pas rancunière, très rapidement des résultats apparaissent. C’est très encourageant  ».

Le public, lui, voulait savoir s’il était possible d’arrêter le glyphosate avec ce type d’agriculture.

Après avoir déconstruit le mythe de «  l’agriculteur empoisonneur  » et rassuré les consommateurs — un agriculteur utilise moins de 1,5 l/ha de glyphosate — Sarah Singla a expliqué qu’il valait mieux avoir recours à un peu de chimie plutôt que désherber mécaniquement son champ et risquer d’abîmer ses sols en profondeur.

Pour les agriculteurs désirant passer de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique, l’agriculture de conservation apparaît comme une étape indispensable pour mieux connaître ses sols et détecter les signaux d’alerte d’une terre malade. En plus de redonner souffle et vie à la terre, les champs cultivés avec des semis direct sous couvert invitent la faune en quête de nourriture.

D’un point de vue économique, la réduction des coûts de mécanisation, d’insecticides et de fongicides permet de faire de réelles économies, qui viennent compenser la baisse de rendement des parcelles.

Mais la projection du film et le débat avaient également vocation à combattre l’agribashing ambiant.

Rappelons que l’agribashing est le dénigrement systématique, tout particulièrement dans les médias, de l’agriculture, aussi bien dans sa pratique que dans son bien-fondé.

Face à la contestation de plus en plus forte et visible du mode de production agricole conventionnel, Sarah Singla a prôné l’agriacting  : apprendre à communiquer positivement sur les pratiques de l’agriculture pour expliquer ce qui est fait. Par la reconstruction d’un dialogue, il s’agit de réinstaurer la confiance «  entre deux mondes qui ne se parlent pas  », a-t-elle expliqué.

Mais lundi soir le grand public était là, attentif et à l’écoute aux côtés des agriculteurs, tous conscients de l’importance de répondre aux enjeux d’une agriculture de qualité.

Nausicaä Paolucci, FDSEA 28

Photo d'archives

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages