Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

À soixante-dix ans, la FDSEA 41 poursuit le combat pour l'agriculture

par Estelle Bescond, mis à jour à 17:02
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
À soixante-dix ans, la FDSEA 41 poursuit le combat pour l'agriculture

Le jeudi 4 février était une date importante pour la FDSEA de Loir-et-Cher. Le syndicat agricole départemental fêtait ses soixante-dix ans et n'a pas manqué de marquer d'une pierre blanche ce moment historique. Le début d'après-midi a été animé par les travaux de l'assemblée générale, entre engagement syndical et actualités de la crise agricole. La journée s'est terminée dans une ambiance festive autour d'un verre de l'amitié puis d'un repas.

C’est sur un film retraçant les soixante-dix ans de syndicalisme en Loir-et-Cher que l’assemblée générale anniversaire de la FDSEA a débuté le 4 février, en présence de 230 personnes, dans les locaux du Crédit agricole Val-de-France, à Blois.

Dans cette vidéo, trois générations de la famille Plassais témoignent : « Il faut se battre, aller au charbon. (…) On ne peut pas faire d’agriculture sans syndicalisme, c’est indispensable. »

La dernière grande manifestation nationale, le 3 septembre, a vu deux mille tracteurs monter à la capitale : « L’entrée des paysans à Paris m’a marqué à jamais », a confié le président Florent Leprêtre.

L’engagement syndical était au cœur de cette assemblée générale et illustré par trois intervenants : Guy Vasseur, président de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et de l’Assemblée permanente des chambres d’Agriculture, Jean-Marie Lhommeau, président de l’AS Cefiga de la Sarthe, et Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

Ces trois agriculteurs sont impliqués dans la défense de leur profession depuis de nombreuses années. Guy Vasseur et Jérôme Despey ont débuté au sein de Jeunes agriculteurs où ils se sont vus confier des missions importantes avant d’intégrer le CNJA puis diverses structures.

Cette implication demande du temps, de l’énergie et un soutien familial : « On ne peut pas prendre de responsabilités sans l’aval de son entourage », a souligné Jean-Marie Lhommeau. Pour défendre son métier et se défendre soi-même, la motivation doit venir de tous les échelons, du local au national : « L’engagement individuel n’a de sens que s’il est partagé collectivement », a rappelé Guy Vasseur.

Cette solidarité agricole est d’autant plus visible en cette période de crise. La colère gronde dans les campagnes et Jérôme Despey n’a pas manqué de le rappeler en revenant sur les sujets importants : les prix, la compétitivité des exploitations, la demande de levée de l’embargo russe, les normes, l’étiquetage des produits.

« La France doit cesser de se mettre des boulets aux pieds. Sur l’embargo russe, pourquoi le ministre n’a-t-il pas mis en avant les risques que l’agriculture encourait ? (…) Le tout-libéral n’est plus durable, surtout en matière agricole, la distorsion de la concurrence se développe à outrance. La France a le premier prix pour l’augmentation des normes ! (…) Nous voulons des mesures accessibles, des charges compatibles et des revenus. On ne peut pas vivre que de petites fleurs et d’eau dans les ruisseaux ! », s’est emporté Florent Leprêtre.

Le secrétaire général de la FDSEA, Didier Delory, est revenu sur les événements de l’année passée (manifestations, comices, signature d’un contrat groupé complémentaire santé entre la section des anciens exploitants et Groupama…). Malgré la sécheresse de l’été, le département « n’a pas été reconnu en calamités agricoles : ce n’est pas normal ».

Didier Delory a tenu à remercier le conseil départemental pour l’aide apportée aux éleveurs tout en rappelant que le plan de soutien était une bonne chose « mais à peine suffisant ».

Il a conclu : « Je regrette que l’administration n’ait pas l’air de vouloir nous laisser un droit de regard sur le futur de nos structures (…) Monsieur le préfet, monsieur le directeur, la campagne est en ébullition, nous ne pourrons pas toujours la contenir. Soyez-en conscients. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages