Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Abattoir de Houdan : la mobilisation se poursuit

par Christophe Belhomme, mis à jour à 23:52
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Abattoir de Houdan : la mobilisation se poursuit

Une opération de communication s'est déroulée lundi de 12 heures à 16 heures à Versailles où les exploitants agricoles étaient réunis devant le tribunal d'instance afin de faire entendre leur voix.

Dans et au dehors des prétoires, l'affaire de l'abattoir de Houdan (Yvelines) continue. Lundi dernier, alors que deux personnes comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduites illégalement dans les locaux de l'abattoir pour y poser des caméras, la FDSEA et JA Ile-de-France avaient appelé de façon solidaire à une mobilisation de tous leurs adhérents autour d’une action de communication qui se déroulait le jour même de l’audience.

« Aujourd'hui, nous revendiquons la liberté de manger de la viande et nous nous battons pour conserver notre droit de propriété. On ne veut pas que des gens, une poignée d'agitateurs, nous interdisent quoi que ce soit au nom d'un lobby... Si demain il n'y a plus d'abattoir en Ile-de-France il n'y aura plus d'élevages et nous céréaliers seront directement impactés », a martelé Thomas Robin, exploitant à Tilly (Yvelines), président de la commission syndicale FDSEA Ile-de-France.

Devant le tribunal correctionnel où la plainte de la FDSEA devait être examinée, tracteurs et barbecue géant étaient donc de la partie en présence de nombreux adhérents et représentants syndicaux.

Près d'une centaine d'exploitants agricoles arboraient un beau tee-shirt bleu canard avec un libellé très explicite : « La viande j'en mange et alors ? » Les prises de paroles et distribution de tracts se sont succédé ainsi qu'une distribution de viande conviviale aux passants et aux journalistes.

De nombreux médias avaient fait le déplacement dont des chaînes d'information en continu et la presse écrite nationale (Le Parisien).

François Lecoq, président du syndicat local de la FDSEA de Houdan, a redit « que l'agression en permanence de l'élevage et de l'agriculture française n'était plus audible. Nous, éleveurs, sommes les premiers concernés par la maltraitance animale et ce n'est pas acceptable. Il y a certainement des choses à améliorer et ce sera fait. Le problème c'est qu'on a mis en place des filières courtes. Il faut garder ce réseau de proximité vital pour toute la filière. »  

Damien Greffin, président de la FDSEA, a dénoncé les intrusions régulières de l'association L214 qui posent des problèmes sanitaires « et mettent l'abattoir en situation de risque sanitaire ».

Tout en s'interrogeant sur la finalité de ce mouvement végan « qui met l'accent sur la maltraitance animale pour mieux servir la cause végan. Alors que la question des autres types d'abattage, bien plus violent et douloureux pour une bête que l'endormissement au CO2, n'est jamais mise sur la table. » 

En fin de matinée, des cotelettes de porc ont été distribuées aux passants dans une ambiance des plus conviviales...  

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages