AG de la FDSEA : Radio Plaine a séduit

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:44
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
AG de la FDSEA : Radio Plaine a séduit

L'assemblée générale de la FDSEA Île-de-France s'est tenue le 24 mai à Palaiseau (Essonne) sous une forme inédite.

Evénement annuel du syndicat francilien, l'assemblée générale de la FDSEA Île-de-France s'est déroulée jeudi 24 mai à l'EDF-Lab de Palaiseau (Essonne). Pour la première fois, celle-ci avait été organisée sur une journée complète avec la partie statutaire le matin (rapport financier, rapport du commissaire aux comptes, vote des résolutions et rapport d'activité), suivie d'un déroulé inédit l'après-midi puisque la FDSEA a donné naissance à Radio Plaine. Ainsi, quatre tables rondes avaient été préparées sous la forme d'émissions radio ponctuées de jingles, de publicités et de paroles aux auditeurs (comprendre : à la salle).

Radio Plaine, animée par la journaliste Anne-Sophie Lesage, a débuté par une émission consacrée à la compétitivité agricole. Plusieurs experts ont apporté un éclairage sur le sujet parmi lesquels le directeur général d'Agritel, Michel Portier, l'économiste Sébastien Abis ainsi que la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.
Cette dernière a d'ailleurs participé à l'ensemble des débats et a largement justifié de l'action du syndicat national face à des critiques parfois cinglantes des adhérents.
Modèle agricole et politique régionale
S'est ensuivie une deuxième émission radio, cette fois consacrée au modèle agricole. Une première table ronde a permis de dresser le constat d'une agriculture en perte de compétitivité qui doit se réinventer. Pour témoigner notamment, Michel Portier, ainsi que le chef du service Agronomie de la chambre Christophe Dion, le président de Groupama Paris/Val-de-Loire Daniel Collay, et la député (LREM) de l'Essonne Amélie de Montchalin. À la suite, une autre table ronde s'est formée pour évoquer les alternatives naissantes. Filières courtes, agriculture bio et/ou urbaine ont été décryptées par les présidents des commissions Bio et Agriculture urbaine de la FDSEA, Thierry Guérin et Pierre Bot, ainsi que la chef du service Économie et filières de la chambre, Élise Simon.
Enfin, la troisième émission était consacrée à la politique agricole régionale. Grâce à l'éclairage de la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, entourée des représentants de la profession agricole francilienne, Damien Greffin, présient de la FDSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d'Agriculture de région, et Frédéric Arnoult, président de Jeunes agriculteurs région Île-de-France, il a été question du Pacte agricole mais également de la nouvelle chambre de région, de la Pac et de la métropole du Grand Paris.

Marine Guillaume

Région

150 M€ pour le pacte agricole

Invitée de la dernière table ronde de l'assemblée générale, la présidente de la Région, Valérie Pécresse, a dévoilé les grandes lignes du pacte agricole soumis au vote ces 31 mai et 1er juin. Installation, foncier, innovation, énergies renouvelables, agriculture biologique... « Soyez assurés que la Région est main dans la main avec l'agriculture francilienne et ce sont cent cinquante millions d'euros d'ici à 2022 que le conseil régional s'apprête à voter. Cela signifie trente millions d'investissement par an, soit plus que le triplement du budget ».
En marge de cette annonce, Valérie Pécresse s'est engagée à ce qu'il soit exclu que les bus franciliens roulent avec du carburant composé d'huile de palme.

Rapport moral

Damien Greffin : « Nous n'avons plus rien à perdre »

À l'issue de la journée, le président de la FDSEA Île-de-France, Damien Greffin, a prononcé son rapport moral. L'élu francilien n'a pas mâché ses mots. « La situation est compliquée et se complique. Inquiet, je le suis, a t-il commencé par expliquer. Les aléas climatiques y sont pour quelque chose mais nous évoluons aussi dans un contexte économique délicat depuis 2013 ». Évoquant la négociation de la future Pac, il a alors fait savoir que la profession « exige qu'un montant d'aide plancher soit créé afin que personne ne puisse descendre en dessous de 250 euros/hectare ».
Damien Greffin a ensuite évoqué l'environnement « le nouveau Dieu », le libre-échange « qui permet l'importation de productions ayant recours à des produits interdits chez nous » et la problématique plus récente de l'huile de palme qui s'invite dans la composition du biocarburant au détriment du colza. « Tout cela ruine l'agriculture et va nous faire disparaître », a t-il prévenu avant de lancer une diatribe contre les médias qui pratiquent l'agribashing et la culture de la peur. « Les médias porteront la responsabilité de la mort de l'agriculture française. Les mots ont du sens pour nous et quand nous arrivons à des situations de jets de pierre sur des pulvérisateurs, j'appelle cela de la lapidation ».
Le président de la FDSEA a ensuite eu des mots fermes : « Tout est fait pour que la compétitivité agricole soit réduite à néant, les contraintes sont insoutenables et la ligne rouge est aujourd'hui franchie. Le champ de la bataille syndicale est posé : nous ne risquons plus l'échec mais la disparition. En d'autres termes, nous n'avons plus rien à perdre ».
Damien Greffin a toutefois conclu son propos avec une note d'espoir, remerciant la Région Île-de-France et sa présidente Valérie Pécresse pour son implication et son soutien au monde agricole. L'élu a formulé le vœu que cela redonne son essence première à l'agriculture : l'esprit et la liberté d'entreprendre.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages