Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Agriculteurs-chasseurs : dialoguer pour bien cohabiter

par Doriane Mantez, mis à jour à 16:56
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Agriculteurs-chasseurs : dialoguer pour bien cohabiter

À l’occasion de l’ouverture le 24 septembre dans le département, Hubert-Louis Vuitton, président de la Fédération des chasseurs de Loir-et-Cher et Florent Leprêtre, président de la FDSEA 41, s’expriment sur la chasse.

Horizons : Le Loir-et-Cher est une terre d’agriculture et de chasse. Comment les faire cohabiter ?

Hubert-Louis Vuitton : Du dialogue, de la concertation et de la bonne entente sur le terrain, voilà la clef de la cohabitation. Il y a de la place pour tout le monde. Il faut que tous les acteurs de la nature fassent des efforts pour cohabiter. C’est du travail en commun, chasseur-agriculteur et agriculteur-chasseur. Nous, on le voit bien : quand il y a de la bonne entente entre le voisinage, les chasseurs et les agriculteurs tout se passe bien. On a donc la preuve que ça peut fonctionner.

Florent Leprêtre : Ces deux activités constituent l’identité du territoire. Et peuvent être complémentaires. Seuls les excès de l’une ou de l’autre créent une incompatibilité. Alors oui, avec du bon sens et une gestion intelligente des populations et des cultures, c’est possible. Il est même nécessaire de faire cohabiter ces deux activités. Un exemple : l’agriculture est un facteur de développement du petit gibier.

Les agriculteurs s’inquiètent des dégâts aux cultures et des risques sanitaires liés à la surpopulation, notamment des sangliers...

H-L.V : La Fédération de chasse est consciente de la situation. Nous sommes là pour essayer de gérer au mieux les populations et l’on s’est fait un peu envahir, on le reconnaît… Mon rôle en tant que président est d’inciter les chasseurs à prélever le maximum de sangliers pour limiter la forte concentration dans certains secteurs. C’est pour ça que je demande aux chasseurs de prélever toutes les catégories de sangliers (sexe et poids) excepté la laie suitée. La surpopulation ne concerne pas l’ensemble du département, mais seulement le secteur sud (la Sologne). Je donne les consignes. Ensuite, c’est aux chasseurs de se prendre en main et de faire le maximum les jours de chasse.

F.L : La situation est préoccupante au sud du département depuis longtemps et le devient aussi dans le nord. La surpopulation et la diminution des surfaces agricoles concentrent les dégâts et l’impact économique. Par ailleurs, les risques sanitaires sont importants et nous avons déjà frôlé l’accident grave avec des coûts importants pour l’agriculture. L’introduction de sanglier venu de l’extérieur du territoire, y compris en parc, constitue une aggravation du risque. Mais ensemble, chasseur set agriculteurs, nous devons trouver des solutions.

Le conflit d’usage entre agriculteurs et chasseurs génère souvent un engrillagement du territoire. Qu’en pensez-vous ?

H-L.V : Non, je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça… Il n’y a pas que cette raison. Ce n’est pas uniquement à cause du monde agricole. C’est aussi la volonté de certains propriétaires qui souhaitent s’entourer pour de multiples raisons. Bien sûr, la Fédération préfère une nature ouverte, pour la libre circulation des animaux dans le département. Malheureusement, une dizaine de propriétaires en Sologne ont cette phobie de vouloir s’engrillager pour se dire « je suis chez moi à 100 % ». Ce système leur permet d’avoir une certaine tranquillité et d’éviter toute intrusion, notamment lors du brame, la cueillette des champignons… Je n’encourage pas cette méthode, mais il y a quelque part un véritable problème. Mais après, on arrive au droit de propriété ; c’est pourquoi le sujet est délicat. Les élus doivent s’emparer le plus rapidement possible de ce dossier et le traiter dans les meilleurs délais. Là, pour une fois, je ne montre pas du doigt les agriculteurs et je demande aux gens d’éviter d’engrillager.

F.L : Comme la Fédération de chasse, nous préférons un territoire ouvert. Pourtant nous devons vivre de notre activité et récolter ce que nous semons. Il n’y a pas d’autre choix que de faire baisser le volume des dégâts aux cultures occasionnés par les grands cervidés ou les sangliers. Nous sommes prêts à étudier toutes les alternatives à l’engrillagement en ce sens et en partenariat avec la Fédération de chasse. L’important sera le résultat. Et bien sûr nous partageons la nécessité de respecter le droit de propriété, mais ce droit doit avoir une certaine contrepartie en matière de gestion des populations de gibiers.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages