Agriculture, forêt et sols : des atouts pour le climat

par Estelle Bescond, mis à jour à 12:12
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Agriculture, forêt et sols : des atouts pour le climat

Le 8 octobre, une conférence-débat sur le changement climatique a été organisée au lycée agricole de Vendôme, en préalable à la prochaine conférence sur le changement climatique (Cop21) de Paris.

La 21e conférence des parties (Cop 21) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques aura lieu du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

Son objectif est de trouver des solutions et d’aboutir à un accord international pour limiter le réchauffement climatique à 2°C. Ces négociations se font sur quatre volets : un accord juridique universel, des engagements nationaux, un volet financier (débloquer cent milliards de dollars pour aider les pays les plus pauvres à baisser leurs émissions) et un « agenda des solutions ».

Le 8 octobre, face à de nombreux étudiants et professionnels, une conférence-débat sur les enjeux de la Cop 21 et sur les contributions possibles de l’agriculture et de la forêt à la lutte contre le changement climatique a été organisée au lycée agricole de Vendôme par la direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Draaf).

Hervé Lejeune, ingénieur général au conseil général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces ruraux (CGAAER) au ministère de l’Agriculture, a présenté les données du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) qui alimentent les réflexions de la Cop 21, ainsi qu’un rapport du CGAAER remis au ministre Stéphane Le Foll.

« La responsabilité des activités humaines dans la concentration des gaz à effet de serre est avérée », note l’ingénieur général. Dans ces émissions, la responsabilité de l’agriculture seule s’élève à 13,5 % et celle de l’agriculture, de la forêt et des usages du sol, dits « Afolu », représente 24 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). « Si l’on veut réduire ces émissions de 40 à 70 % d’ici à 2050 par rapport à 2010, il existe un outil essentiel : la photosynthèse. C’est là qu’entrent en jeu l’agriculture et la forêt qui peuvent de plus en plus devenir des puits de carbone. »

Le rapport du CGAAER montre qu’il est possible d’agir sur trois axes complémentaires : baisser les émissions (économie d’énergie consommée directe ou indirecte), substituer des produits bio-sourcés à des produits conventionnels et stocker davantage de carbone.

En ce sens, le programme « 4 pour 1 000 : des sols pour la sécurité alimentaire et le climat » a pour objectif d’améliorer les stocks de matière organique issues des sols de quatre pour mille par an.

Selon les calculs du CGAAER, en France, le total du potentiel d’atténuation en agroécologie (fertilisation, élevage ou encore sobriété énergétique) se situe entre douze et quinze millions de tonnes équivalent de CO2 par an (t. CO2 éq/an) avec, par exemple, un travail sur les pratiques alimentaires, la gestion des effluents, l’autonomie alimentaire.

Dans la filière bois, la réduction serait de 35 millions t CO2 éq/an, et concernant le gaspillage alimentaire, la perte des terres agricoles et des prairies, le potentiel d’atténuation pourrait être de 8 à 10 millions t CO2 éq/an.

À la fin de la réunion, plusieurs actions locales ont été mises en avant : un exemple de méthanisation en Loir-et-Cher et deux exemples de méthodes alternatives créées par des groupes d’agriculteurs comme la valorisation de cannes de tournesol en agromatériaux ou celle des haies dans la filière bois-énergie.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages