Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Aires d'alimentation de captage Grenelle : une gestion cruciale pour le territoire

par Hervé Colin, mis à jour à 16:01
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Aires d'alimentation de captage Grenelle : une gestion cruciale pour le territoire

Les membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se sont penchés sur le bilan de la gestion des aires d'alimentation de captage classées Grenelle lors de leur dernière session, le 23 novembre.

L'ensemble des prescripteurs du département — chambre d'Agriculture, coopératives et négoces — a décidé de relever un défi majeur pour le territoire : éviter le classement en Zone soumise à contraintes environnementales (ZSCE) d'une bonne part de sa surface agricole.

Le bilan d'étape de cette démarche volontaire a été dressé aux membres de la chambre d'Agriculture réunis en session le 23 novembre, à Chartres.

En effet, le dispositif Grenelle (élaboré en 2009) impose le respect de critères de la qualité de l'eau sur une série d'aires d'alimentation de captage jugée prioritaire.

Ensuite, soit un plan d'actions spécifiques est défini sur la zone de protection, soit celle-ci est classée ZSCE et c'est un programme d'actions obligatoires qui est mis en place.

Pour l'heure, treize captages ont été retenus en Eure-et-Loir — bientôt rejoints par dix-sept autres — et près d'un millier d'exploitants est d'ores-et-déjà concerné.

Éviter le classement en ZSCE demande l'implication volontaire des prescripteurs et des agriculteurs. Les premiers ont mis en place une charte et fait le choix d'un plan d'action unique sans distinction de zone à risque, les seconds sont appelés à s'engager dans le dispositif.

« Cette mobilisation est essentielle. Tout ce qui a été négocié avec les agriculteurs, les coopératives, les négoces, les services de l'État, les collectivités territoriales et les agences de l'eau est sous la menace d'un classement en ZSCE », pointe le directeur de la chambre d'Agriculture, Didier Agez.

D'autant que les objectifs sur lesquels tout le monde s'est accordé sont atteignables.

Sur le critère de l'azote, par exemple. Pour court-circuiter le délais de transfert des nitrates dans le sol — environ un mètre par an — un observatoire pédagogique de mesure de la concentration de nitrates de la lame drainante permet un suivi annuel de l'influence du travail des exploitants et de discriminer avec celle d'une forte minéralisation hivernale, par exemple.

Il est à noter que les plans d'action n'imposent ni restriction, ni plafond de l'utilisation de l'azote.

Mais les prescripteurs ont également fixé avec les agences de l'eau des objectifs d'engagement des exploitants dans la démarche (entre 80 et 90 % de la SAU concernée). Il s'agit pour eux de participer à des formations techniques, sous la forme de réunions d'information ou de réaliser un diagnostic individuel de leurs pratiques.

Si ces derniers ont un peu tardé à démarrer, aujourd'hui, la chambre et les autres prescripteurs sont en ordre de marche pour les réaliser.

Bien entendu, tout ceci est gratuit pour l'exploitant. « Si on ne réussit pas sur ces enjeux, c'est tout le potentiel économique du département qui est en danger. Il faut sensibiliser tous les agriculteurs concernés, quitte à faire du porte-à-porte », insiste Didier Agez.

En attendant, si l'engagement d'une bonne part des exploitants est déjà largement acquis, il reste environ trois ans pour convaincre les autres et atteindre cet objectif à la portée du territoire.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Le glyphosate en questions

  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages