Alain Baraton, "l'ange jardin" du château de Versailles

par Marine Guillaume, mis à jour à 09:05
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Alain Baraton, "l'ange jardin" du château de Versailles

Alors qu'il rêvait, enfant, d'une carrière de photographe parcourant le monde, il vit et travaille avec passion au château de Versailles depuis trente-deux ans.

« Je suis né dans une famille où on se devait de faire des études brillantes. Moi quand j'étais enfant, mon surnom, c'était “La Bouse”. » Cinquième enfant d'une fratrie de sept, Alain Baraton n'a jamais aimé l'école. « Mon truc à moi, c'était la photo. Je rêvais de parcourir le monde avec mon objectif sous le bras », revèle celui qui avait même transformé la chaufferie de la maison familiale en laboratoire photo.

Alors, quand ses résultats scolaires deviennent « catastrophiques », son père l'envoie de force dans un lycée horticole du Tremblay-sur-Mauldre (Yvelines). « Une prison de trois cents mâles. J'y ai passé trois ans et je suis ressorti avec une seule envie : devenir photographe. » Et c'est cette idée chevillée au corps qui va pousser Alain Baraton tout droit au château de Versailles. « Il fallait que je me fasse un peu d'argent pour payer mon premier déplacement. » En 1976, à dix-neuf ans, il emprunte le Velosolex de sa mère et part chercher son premier job, « un emploi saisonnier de caissier à l'entrée du parc ». Il tombe amoureux des lieux et n'en repartira finalement jamais. « Je me suis rendu compte que ma place était auprès de tous ces arbres magnifiques. C'est un domaine qui a besoin d'être aimé pour être entretenu. »

Deux mois après son arrivée, il devient aide jardinier et à seulement vingt-quatre ans, accède au poste tant convoité de jardinier en chef. Et ensuite ? « Les conférences, les chroniques radio, les livres... : tout s'enchaîne à une vitesse folle. J'ai une chance inouïe dans la vie. Aujourd'hui encore, je suis abasourdi par ce que je vis et ce que je suis devenu », révèle-t-il dans son modeste bureau installé au cœur du parc.

À la tête d'une équipe de quatre-vingts personnes, Alain Baraton vit dans le domaine de 850 hectares et le connait par cœur. « Mon moment préféré, c'est la fermeture. J'ai l'impression que le parc m'appartient. » Avec son franc-parler et sa liberté de parole qu'il cultive précieusement malgré son statut de fonctionnaire, il explique être certain d'apporter beaucoup à Versailles et d'améliorer l'image « trop souvent préjorative » du jardinier. « J'ai fait en sorte qu'on se mette à parler de ces beaux arbres, qu'on réfléchisse à la façon de les traiter, qu'on réfléchisse à l'usage des pesticides... J'ai aussi montré que le jardinier n'est pas forcément un cul-terreux, un péquenaud ou un repris de justice en phase de réinsertion. Pour tout ça, je souffre parfois de crise d'auto-satisfaction », confie-t-il, amusé.

Une de ses plus grandes fiertés ? Avoir été fait Officier dans l'ordre du Mérite agricole. « Une revanche pour “La Bouse” ! J'ai réussi. Versailles me doit beaucoup mais je dois tout à Versailles. Je dis souvent que je suis né en 1976. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages