Amandine Mazzoni, à cheval coûte que coûte

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:01
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Amandine Mazzoni, à cheval coûte que coûte

Atteinte d'une maladie neurodégénérative rare, Amandine Mazzoni continue de monter à cheval plusieurs fois par semaine. Elle compte même participer aux Jeux paralympiques de 2020 ou 2024.

Quatre ans. C'est l'âge qu'Amandine Mazzoni avait lorsqu'elle est montée pour la première fois sur un poney. Depuis, l'équitation est devenue pour elle bien plus qu'une passion.

La jeune femme de dix-neuf ans a d'abord suivi des cours classiques en centre équestre... jusqu'à ce que la vie lui joue un mauvais tour. « J'avais quinze ans quand on m'a dit que j'étais atteinte de l'ataxie de Friedreich. C'est une maladie neurodégénérative orpheline qui me prive progressivement de mon équilibre et de ma motricité », explique-t-elle avec une grande émotion.

Si sa grande sœur est porteuse saine de cette maladie, son petit frère en est lui aussi atteint. Il a été diagnostiqué quelques mois avant Amandine. « Quand j'ai commencé à tomber, à me faire des entorses à répétition, ma mère a eu la puce à l'oreille. Moi, à l'annonce du verdict, je n'ai presque pas réagi, comme si je le savais déjà ».

Malgré les difficultés et l'apparition du fauteuil roulant, Amandine Mazzoni fait preuve d'une grande maturité et décide notamment que cette maladie n'aura pas raison de son amour des chevaux. Elle abandonne le saut d'obstacles pour se consacrer au dressage. « J'ai continué à monter en club durant quelques mois mais je me suis vite rendu compte que ce n'était plus adapté ».

La jeune femme s'oriente alors vers une écurie de dressage aux Bréviaires (Yvelines), conseillée par l'équipe de France paralympique, et y rencontre sa coach, Lucie. « Elle a très vite su s'adapter à mon handicap et elle m'a prêté sa jument », se souvient celle qui poursuit des études de sociologie à l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Mais très vite, Amandine affiche ses ambitions d'aller encore plus loin. Avec Lucie, devenue son amie, elle crée une association, Handi cap à cheval, pour aider les cavaliers en situation de handicap au financement de matériel d'équitation adapté. C'est cette association qui va conduire Amandine à rencontrer le comédien Alex Lutz. « Il a été sensible à mon histoire et depuis on ne se quitte plus, sourit la cavalière. C'est lui qui a acheté Don Diego, mon premier cheval. »

L'histoire est belle. Durant des mois, Amandine et Lucie éduquent Don Diego. « Comme je n'ai pas toutes les facultés dans mes jambes, je monte beaucoup à la voix. Il a fallu tout lui apprendre ».

Mais en mars dernier, Don Diego disparait subitement. Un choc pour Amandine encore bouleversée aujourd'hui. « Mon entourage m'a soutenue, et, dans mon dos, ils ont comploté pour me trouver un nouveau cheval », raconte-t-elle.

Toujours aux côtés d'Amandine, Alex Lutz lui offre Verden, neuf ans. « Tout est à recommencer mais c'est un très gentil cheval avec qui j'espère pouvoir aller au championnat d'Europe l'an prochain et aux Jeux paralympiques en 2020 ou 2024. C'est mon rêve », lance la jeune femme pleine d'espoir.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages