Au cœur de l’île-volcan

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:44
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Au cœur de l’île-volcan

Au sud de la mer Égée, l’archipel de Santorin (Cyclades, Grèce) doit ses reliefs spectaculaires à une histoire volcanique intense.

C’est l’une des caldeiras* les plus photographiées au monde : avec ses falaises abruptes, la côte ouest de Thíra — l’île principale de Santorin — épouse la courbe d’un immense cratère volcanique.

De nombreux épisodes éruptifs et sismiques ont façonné la forme et les paysages de l’archipel. L’une de ces éruptions a eu lieu au IIe millénaire av. J.-C., entre -1700 et -1450 selon les méthodes de datation et les équipes archéologiques.

Les estimations donnent le vertige : plusieurs jours d’éruption, un panache volcanique haut de 35 km, une nuée ardente à 350 °C, 50 km3 de magma rejetés. Bref, des allures de fin du monde.

Une fois vidée, la partie centrale du volcan s’est effondrée dans la mer sous des tonnes de magma, de cendres et de pierres ponces.

Cela a creusé une cavité de plusieurs centaines de mètres de profondeur sous la mer, des explosions colossales liées à l’arrivée d’eau dans ce gouffre bouillant, et des tsunamis qui se seraient abattus sur les côtes de la Crête et de l’Égypte.

L’éruption assombrit le ciel méditerranéen, détruisit les cultures, provoqua des anomalies climatiques au Moyen-Orient.

Au sud-ouest de l’archipel, des fouilles ont mis au jour le village antique d’Akrotiri, figé sous dix mètres de cendres.

Des vestiges bien conservés — bâti, céramiques, fresques murales, bijoux, canalisations, etc. — témoignent de la civilisation raffinée et cosmopolite qui prospérait à Santorin au moment de l’éruption.

Une île qui s’effondre, une cité florissante engloutie sous les flots… L’ampleur de la catastrophe pourrait avoir inspiré le célèbre mythe de l’Atlantide chanté par Platon au Ve siècle avant J.-C.

Certains voient aussi un héritage de l’éruption dans certains passages de la Bible, comme la division des eaux de la mer Rouge et les dix plaies d’Égypte.

Depuis ce cataclysme, plusieurs centaines d’épisodes telluriques se sont succédé. Ils ont modelé le visage de l’archipel et donné naissance à de nouveaux îlots, comme Néa Kaméni  (« la nouvelle Brûlée »), qui constitue la partie encore active du volcan.

La dernière catastrophe date de 1956 : un séisme dévastateur a provoqué un nouvel effondrement du chapeau du cratère et causé une cinquantaine de victimes.

Santorin doit au volcanisme ses célèbres villages aux rues escarpées et ses maisons blanches perchées au bord des abîmes.

Mais aussi ses vignes tressées en corbeilles et ses paysages agricoles en terrasses. Ces structures permettent de cultiver dans un sol accidenté, aride et sensible à l’érosion.

Le bord du cratère offre une vue inoubliable aux randonneurs qui relient à pied Firá et Oia : une falaise haute de 200 m, où se superposent les couches de roches ocre et noires.

Au pied des précipices, les plages et les criques de Santorin, magnifiques témoins des éruptions, donnent l’impression de fouler le sol d’une autre planète.

Comme Red beach, près d’Akrotiri, avec ses rochers rouges de lave solidifiée. Ou Vlychada, au sud, plage de sable noir saupoudrée de pierres ponces blanches et surmontée d’une imposante falaise de tuf.

Pour approcher le volcan d’encore plus près, des agences proposent aux touristes de prendre un caïque en bois pour aller fouler la roche craquelée et fumante de Néa Kaméni, et apercevoir de la fumée jaillir de terre.

*caldeira : chaudron en portugais, cratère volcanique envahi par les eaux.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages