Audrey Chantepie, une belle histoire de transmission

par Marine Guillaume, mis à jour à 17:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Audrey Chantepie, une belle histoire de transmission

Issue d'une famille d'agriculteurs, Audrey Chantepie avait d'abord décidé de s'éloigner de cet univers, avant de faire le choix du maraîchage dix ans après.

C'est une histoire de passion, de transmission comme l'agriculture francilienne rêverait d'en voir tous les jours. À 37 ans, Audrey Chantepie est installée en maraîchage à Cergy (Val-d'Oise). Depuis un peu plus d'un an, elle exploite vingt hectares « dont 7 000 m2 de serres chauffées, plusieurs tunnels  et avec l'Oise à proximité, c'est pratique pour l'irrigation », précise la jeune femme.

Ces installations, elle les doit à Vincent Duval, installé là depuis des années, et qui n'est autre que son ancien maître de stage.

Car Audrey Chantepie, pourtant issue d'une famille d'agriculteurs du Vexin, n'a pas de suite choisi d'imiter le parcours de sa famille. « L'école, ce n'était pas mon truc, j'ai fait un CAP puis un BEP vente et j'ai enchaîné les boulots en intérim dans la manutention. Ensuite, j'ai travaillé dix ans chez Renault. Et puis un jour, je me suis réveillée. »

Consciente du patrimoine familial que l'exploitation représente et soucieuse de ne pas le laisser disparaître, Audrey Chantepie plaque tout et se lance dans un Brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole (BPREA). « Je suis née dans l'agriculture et je ne voulais pas laisser partir l'exploitation », raconte celle dont la plus jeune sœur a, à l'époque, également choisi de s'éloigner du monde agricole. Son diplôme en poche, Audrey Chantepie s'installe en 2012 en maraîchage sur trois hectares de l'exploitation familiale.

« Ce n'était pas évident car c'était peu fonctionnel, je n'avais pas l'eau notamment », se souvient-elle. Audrey s'accroche, jusqu'au jour où son maître de stage la recontacte pour lui proposer de s'associer à lui. « Entre-temps, ma sœur était également revenue sur l'exploitation donc il y avait quelqu'un pour la reprendre. J'ai aussitôt accepté la proposition de Vincent Duval car lui, de son côté, avait une grande volonté de transmettre son outil de travail que ses enfants ne voulaient pas reprendre ».

De ces premières années en tant qu'agricultrice, Audrey Chantepie ne regrette rien, même si elle se souvient « de moments très durs au départ ».

« L'agriculture est plutôt un milieu d'hommes qui ont une mentalité bien à eux. On pense la femme moins capable, j'ai souvent dû prouver ma capacité et ma motivation, deux fois plus que quelqu'un d'autre, mais je suis toujours passée au-dessus de ça. Et je suis certaine qu'aujourd'hui, il y en a plus d'un qui serait étonné de voir où j'en suis », se félicite-t-elle, soulignant toutefois que de plus en plus de femmes embrassent le métier d'agriculteur et que les choses évoluent, au sein de la jeune génération notamment.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages