Aujourd’hui vu de demain

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:36
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Aujourd’hui vu de demain

L’exposition Jusqu’ici tout va bien ? nous propulse dans un musée du futur qui donne à voir les oeuvres et inventions technologiques laissées par le présent.

Entre octobre et février, l’exposition Jusqu’ici tout va bien ?, au Centquatre (Paris, 19e) plongeait le visiteur dans un monde déserté par les humains. Elle s’intégrait dans la Biennale des arts numériques Nemo, qui pose cette année des questions plutôt métaphysiques : l’humanité est-elle appelée à être replacée ? Par qui, par quoi ? À quoi ressemblera le monde quand nous n’y serons plus ?

L’expo établit une mise en abîme vertigineuse. Imaginez : fin 2019, un effondrement (climatique ? géopolitique ? économique ?) a détruit l’espèce humaine. Vous voilà, être du futur, peut-être robot ou alien, fantôme ou « post-humain », à la découverte d’un musée abandonné par homo sapiens juste avant sa disparition.

Les oeuvres et les machines sont restées là et ont continué à vivre leur vie. Vous hantez un musée crépusculaire où les artistes s’interrogeaient, imaginaient le futur de l’humanité et disaient leur angoisse d’être un jour supplantés par les intelligences artificielles.

Avec cynisme, désespérance, humour ou poésie, selon les oeuvres. 

Avec Tomorrow’s borrowed scenery (« paysage emprunté à demain »), Paul Duncombe semble avoir figé dans le temps un accident de voiture : cinq carcasses sens dessus dessous, comme une scène en slow-motion. Un son sourd et pesant résonne, comme écho du choc. Les moteurs semblent encore fumer. Mais la nature a déjà repris ses droits : dans une brume d'eau, des plantes et des insectes se développent sous nos yeux grâce à un système de végétalisation et d’automates.

Unearth/Paleo Pacific, de Shun Owada, donne à entendre le son de fossiles vieux de 250 millions d’années, en faisant tomber des gouttes d’acide sur de la roche calcaire.

Un placide personnage, mains d’humain et corps de lamantin, est tranquillement assis sur un banc, flanqué d’un gros animal de compagnie, corps de shar-peï et arrière-train de bébé. C’est Homunculus Ioxodontus, de Margriet van Breevoort. Il semble nous observer, comme un visiteur du futur curieux et inoffensif.

La terre est-elle ronde ?, de Fabien Léaustic, est une oeuvre hypnotisante : un mur défoncé et derrière une cascade de terre glaise qui se déverse, comme une salle de cinéma qui diffuserait sans s’arrêter les images d’un glissement de terrain de fin du monde.

Seer (Simulative emotional expression robot), de Takayuki Todo, est un enfant-robot à l’émouvant regard et au visage expressif, qui imite nos mimiques. Touchant, troublant, ce simulateur d’émotions nous met face à nous-mêmes.

Avec Solid state, Alexander Schubert nous projette dans une rave party psychédélique ou à l’intérieur d’un stroboscope devenu fou. L’oeuvre immersive sature tous nos sens et nous fait perdre nos repères, proches de l’hallucination voire du malaise : deux pièces adjacentes sont remplies d’un brouillard âpre et épais, de sons puissants et de flashs aveuglants.

Quelles antiquités les années 2000 laisseront-elles aux générations futures ? C’est ce que Vladimir Abikh s'est demandé avec An exhibition for future generations : des blocs de roches où sont conservés des fossiles et hiéroglyphes d’aujourd’hui : un téléphone à clapet figé dans le grès, des « likes » de réseaux sociaux, un message d’erreur informatique.

Non loin de là, des stèles de calcaire portent des messages positifs : « Ça va aller », « C’est la vie », « Oublie ça ». C’est le Cimetière du réconfort de Timothée Chalazonitis. Ces injonctions superficielles montrent la stérilité de nos échanges quand la situation du monde demande des solutions radicales pour éviter la fin de la civilisation.

L’artiste Maarten Vanden Eynde a démonté un squelette humain, puis l’a ré-assemblé autrement. Cela donne Homo stupidus stupidus : une carcasse étrange qui pourrait de loin rappeler celle d’un varan écrasé. L’oeuvre critique l’arrogance de l’homme, qui s’est auto-nommée homo sapiens (« le sage ») alors qu’il est l’artisan de son propre déclin.

On croise aussi une Sagrada familia de piles usagées et un paysage où des déchets électriques et électroniques, entrelacés, semblent imiter la nature. Ce sont Out of power tower et Post-naturalia, de Krištof Kintera. L’artiste y parle de sa peur que les technologies se mettent à créer de l’art, dénonce une société superficielle et toxique, interroge la notion de beauté, transmet sa vision d’un monde où la technologie a supplanté la nature.

Découvrir ces oeuvres et les autres donne une sensation difficile à définir, entre nostalgie du temps présent et impression d’évoluer dans un endroit où l’on ne devrait pas être.

La Biennale Némo a pris la forme de nombreux événements - concerts, conférences, spectacles, expositions. Elle se poursuit en Île-de-France jusqu’au mois d’avril avec l’exposition Human learning, qui s’intéresse à ce que les machines peuvent enseigner aux humains et en particulier aux artistes.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages