Aurélien Fleury, multiplicateur de semences

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:43
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Aurélien Fleury, multiplicateur de semences

Installé à Maves, Aurélien Fleury dédie un tiers de sa sole à la production de semences certifiées.

Multiplicateur de semences certifiées à Maves, Aurélien Fleury déclare : «  Mon grand-père produisait des semences de céréales. Mon père a commencé les porte-graines en 1995 et j’ai continué  ». Les établissements semenciers sont arrivés dans le secteur au milieu des années 1970. La relative clémence du climat a attiré ces opérateurs. Or les semences sont sensibles aux aléas climatiques et le réchauffement du sol au printemps permet le redémarrage de la culture.

L’agriculteur indique  : «  En semences certifiées, on a accès aux nouvelles variétés. Produire uniquement des céréales classiques serait monotone. Grâce à ma panoplie, si une culture fonctionne moins bien une année, une autre prend le relais  ».

Notre interlocuteur produit des semences qui, l’année suivante, seront utilisées par des céréaliers, des particuliers et des industriels qui passent commande auprès des établissements semenciers. Pureté variétale, pureté spécifique et capacité germinative sont déterminantes. «  Si ces conditions ne sont pas remplies, le lot peut être refusé et je ne suis pas payé  », explique Aurélien Fleury. 

Lors de la récolte, entre chaque lot, il faut nettoyer la moissonneuse-batteuse, la remorque et l’unité de stockage. Pois potagers, haricots et radis partent quinze jours après en big-bags d’une tonne. Céréales et betteraves sont stockées dans des cellules pour une capacité totale de 600 tonnes. Les parcelles doivent être isolées et l’épuration du champ s’effectue manuellement. Quant au désherbage, la bineuse prend de plus en plus le relais des produits phytosanitaires et les finitions se font à la main.

Les semences représentent 30 à 40  % du chiffre d’affaires de l’agriculteur mavois.

Pour les radis, Aurélien Fleury sème trois rangs mâles et huit rangs femelles. La pollinisation s’effectue avec des abeilles et seuls les rangs femelles sont récoltés. Les rangs mâles sont broyés.

Pour les betteraves, c’est deux rangs mâles pour dix rangs femelles. Ici, le pollen voyage d’une plante à l’autre grâce au vent et les deux genres sont récoltés. La betterave est une plante bisannuelle. Semée fin août la première année, elle est récoltée le 15 août l’année suivante. «  En dehors d’un désherbage à l’automne, celle-ci n’est pas très compliquée à produire commente le multiplicateur. On la laisse monter à graine et, avec trois fongicides, on stoppe les maladies.  »

L’exploitation de notre interlocuteur se compose de trois types de sols  : argilo-limoneux profond, où on trouve les semences  ; argilo-calcaire moyennement profond  ; argilo-calcaire superficiel.

Cette dernière partie est laissée en jachère ou dédiée au triptyque blé, orge, colza. Les deux tiers des parcelles sont irriguées, dont celles accueillant les semences. Aurélien Fleury travaille avec deux établissements semenciers  : Vilmorin, basé en Anjou, et Deleplanque, qui possède une unité à Beauce-la-Romaine. Un technicien de chacun d’eux suit régulièrement les parcelles.

Lorsqu’on demande à Aurélien Fleury ce qu’est une bonne année, «  rien n’est acquis avant la récolte  », répond l’intéressé. Réglage de la moissonneuse-batteuse, météo ou autres influencent le résultat final. «  La semence doit germer et il y a un objectif de rendement  », indique le multiplicateur.

Qui ajoute  : «  Le radis, seul à offrir un prix garanti, est la culture qui évolue le plus car elle est sujette aux insectes. Or, à cause de la réduction du nombre de matières actives, on n’a plus de solution  ».

L’agriculteur poursuit  : «  Les semences ne supportent ni les excès d’eau ou de chaleur ni le froid matinal de juin. Une semence est plus fragile qu’une céréale classique. Cette culture comporte une part de risque  : il faut l’accepter  ».

Le matériel, spécifique, est en copropriété ou en Cuma. «  Sur le secteur de Mer, nous sommes plusieurs à produire des semences certifiées. Lors des récoltes, nous pratiquons l’entraide. (…) Les semences nécessitent beaucoup plus de travail que les céréales. Les contraintes résident dans le nettoyage, le suivi de la culture, le triage, etc. Je ne vais guère évoluer en surface.  »

Adhérent de la FNSEA 41 depuis son installation en 2001, Aurélien Fleury est impliqué depuis huit ans.

Récemment, il est devenu délégué titulaire du Syndicat d’exploitants agricoles de la communauté de communes Beauce-Val de Loire. «  Il est important d’être représenté, explique l’intéressé. Les principales problématiques en grandes cultures concernent les ZNT, le retrait des phytosanitaires et la concurrence des autres pays de l’Union européenne. Conséquence  : la production française est en péril et nous importons des produits qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes que les nôtres. Néanmoins, je garde espoir car nous nourrissons la planète. Nous devons être plus proches du consommateur. L’enjeu  : montrer que nous ne faisons pas n’importe quoi  !  ».

Accompagné d’une quinzaine de collègues, notre interlocuteur prévoit de monter une unité de méthanisation en 2022.

Montant de l’investissement  : 6,5 millions d’euros. Le dossier de financement a été déposé auprès de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Les porteurs du projet ont choisi le terrain. Reste à obtenir le permis de construire.

Par ailleurs, d’ici 2024, Aurélien Fleury passera en techniques culturales simplifiées. «  Je réduirai mes coûts de main-d’œuvre et ma consommation de carburant. Par un moindre travail du sol, j’en limiterai l’érosion et la battance. J’installerai un couvert végétal qui restera tout l’hiver.  »

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages