Bruno le Maire : « Il existe des motifs d'espoir »

par Eric Young, mis à jour à 09:11
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Bruno le Maire : «  Il existe des motifs d'espoir »

« J’ai été un ministre de l’Agriculture heureux, le monde agricole m’a changé », indique Bruno Le Maire qui a occupé le poste de juin 2009 à mai 2012.

Après le pacte de responsabilité, le gouvernement Valls II amorce un virage social-libéral, n’est-ce pas un piège pour l’UMP ?
Quel virage social-libéral ? Je vais vous dire franchement : paroles toujours des paroles. Cela fait deux ans et demi que François Hollande balade les Français. Il dit redonner du pouvoir d’achat aux Français ? Il supprime la défiscalisation des heures supplémentaires, un manque à gagner de 200 euros par mois pour ceux qui pouvaient en bénéficier. Il prétend préparer un choc de simplification ? Il invente le compte pénibilité, un nouveau monstre administratif pour les entreprises. Il promet de réduire les déficits ? Sa réponse : des contrats aidés, des créations de poste dans la Fonction publique… des dépenses, des dépenses et encore des dépenses. Les Français ne sont pas dupes. Il faut arrêter de leur mentir matin, midi et soir ! Ce que je souhaite : qu’on ne promette pas ce que l’on ne peut pas tenir. C’est ce que j’ai fait au ministère de l’Agriculture. Cela a été difficile au début, c’est dur d’entendre qu’il n’y a plus d’argent public pour accompagner chaque crise. Mais je n’ai jamais menti aux paysans, et j’ai tenu les engagements que je leur avais présentés.

Vous avez été ministre de l’Agriculture, quel est votre regard sur la situation actuelle des agriculteurs  ?
Une nouvelle loi sur l’agriculture vient d’être adoptée. Elle propose certes quelques avancées, notamment sur le statut de l’agriculteur, mais je continue de penser que ce texte est un écran de fumée pour masquer le vide total de politique agricole du gouvernement. Les agriculteurs veulent des décisions, pas une loi ! Les sujets de préoccupation ne manquent pas. L’embargo russe menace les marchés de produits agricoles. La nouvelle condamnation de la France par la justice européenne sur les nitrates jette encore la suspicion sur les agriculteurs qui ont déjà fait tant d’efforts. La baisse généralisée des aides PAC qui va affaiblir encore des filières qui peinent face à la concurrence internationale. Et comme si ça ne suffisait pas, l’Europe est sur le point de brader son agriculture dans le cadre des négociations avec les USA et le Mercosur ! Mais ne nous jetons pas des sacs de cendre sur la tête. Il existe des motifs d’espoir. L’agriculture française est une agriculture moderne, performante et diversifiée. Nous avons la chance inouïe d’avoir une agriculture présente sur tout le territoire. Il faut se battre pour nos modèles agricoles. Pour cela, il faut de véritables décisions. Où est le choc de simplification promis par François Hollande ? Si nous voulons préserver et renforcer notre agriculture, il faut lui donner les armes de faire jeu égal avec nos concurrents, en arrêtant de lui remettre une nouvelle invention règlementaire par jour et en lui mettant à disposition des outils économiques pour s’en sortir.

Y-a-t-il des choses que vous auriez pu mieux faire ?
Si nous avions tout fait parfaitement avec la majorité précédente, nous serions sans doute encore au pouvoir ! J’ai été un ministre de l’agriculture heureux, le monde agricole m’a changé. D’abord parce qu’il est attachant, et aussi parce qu’il est exigeant. Ce que j’ai fait en tant que ministre de l’Agriculture, je l’assume. J’ai, dès mon arrivée, étais très clair : il n’était pas question de mentir aux paysans français, comme ça a pu être le cas par le passé. Alors, il y a des choses dont je suis très fier, comme le G20 agricole ou la mise en place de l’Observatoire des prix et des marges, qui met enfin de la transparence dans les prix alimentaires. Ensuite, il y a des outils qui ont eu plus de mal à fonctionner : les contrats dans leur mise en place par exemple. Toutefois, je continue de penser qu’il faut des outils de régulation et de stabilité pour les agriculteurs, notamment en vue de la sortie programmée des quotas laitiers en 2015. Il y a également un sujet que je n’ai pas abordé en tant que ministre : l’assurance. Avec les épisodes de sécheresse et intempéries à répétition cette année, il faut des produits assurantiels accessibles à l’ensemble des agriculteurs, en particulier les jeunes qui s’installent. Les agriculteurs ne peuvent plus vivre sous perfusion de l’Etat dès qu’il y a un problème. J’ai vu que la FNSEA s’était emparée du sujet lors de son dernier congrès à Biarritz et c’est une bonne chose.

Vous avez des ambitions au sein de l’UMP, n’avez-vous pas peur d’un retour de Nicolas Sarkozy ?
Je dis et le maintiens : je suis candidat pour gagner. Je le porte en moi, je sens que le renouveau est nécessaire à l’UMP : dans les idées, dans les pratiques politiques et dans les visages. Je ne suis pas là pour faire de la figuration, je suis candidat par envie et par enthousiasme.

Recueilli par Thomas Fené

(lire aussi l'entretien avec Manuel Valls)

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages