Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Campagnols des champs : « une situation critique à l'automne »

par Laurence Dupuis, mis à jour à 17:47
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Campagnols des champs : « une situation critique à l'automne »

Jérôme Boisgard est technicien chez Terres bocage gâtinais.

Horizons : Quels constats faite-vous sur le secteur de la coopérative Terres bocage gâtinais au sujet des campagnols des champs ?

Jérôme Boisgard : À l’ouest d’une bande allant de La Chapelle-la-Reine en passant par Aufferville et jusqu’à Gironville, la situation était critique à la fin de l’automne. La présence du campagnol des champs étant cyclique, la dernière période où la pression a été aussi forte remonte à la campagne 2007-2008. Cette année, les dégâts sont importants sur le blé mais aussi sur des parcelles de colza, une première dans ce secteur.
De plus, les tensions sont exacerbées sur le terrain car les exploitants agricoles du Loiret, nos voisins, sont autorisés à utiliser la bromadiolone depuis la mi-novembre pour endiguer la présence de ce nuisible des cultures.

Quels sont les facteurs qui favorisent la pullulation de ce nuisible des cultures ?

La mise en place de jachères, de couverts végétaux permanents, tout comme les techniques culturales simplifiées, contribuent à leur développement, le mulot n’étant pas gêné par le travail du sol. La culture betteravière est aussi un facteur de risques. Le non fauchage des bords de route accentue également la situation. A contrario, de fortes pluies, en détruisant les galeries, contribuent à réduire leur population.

Pourquoi le traitement chimique, à savoir l’utilisation de la bromadiolone, n’est-elle pas autorisée en Ile-de-France contrairement à d’autres régions ?

La Driaaf et la Driie(1) ont demandé une étude complémentaire à la Fredon Ile-de-France avant de se prononcer. Face aux agriculteurs, des lobbies font pression pour maintenir l’interdiction d’utiliser la bromadiolone, un anticoagulant, contre le campagnol des champs. Pourtant, il ne faut pas confondre cette utilistation qui se fait sous forme d’appât avec un épandage en grandes cultures ou en élevage. Or, si les méthodes alternatives, comme les perchoirs à rapace, la présence de renards, hérons cendrés, goélands… doivent être privilégiées, en cas de fortes invasions, leur effet est limité. De plus le développement de ces espèces engendre d’autres conflits.

Si la bromadiolone est autorisée sur tout ou partie de l'Ile-de-France, quel parcours devront suivre les exploitants agricoles ?

Les agriculteurs qui voudront utiliser de la bromadiolone contre le campagnol des champs doivent suivre, au préalable, une formation. Au sein de Terres bocage gâtinais, nous avons déjà organisé trois sessions et une quatrième est programmée le 9 juin. Cette formation est obligatoire pour avoir accès au produit quand il sera autorisé. Puis, un parcours précis s’impose à l’exploitant agricole. Dans un premier temps, il devra identifier la parcelle infestée et effectuer un comptage pour justifier de la présence réelle de ce nuisible mais pas en quantité trop importante : au-delà de 30 %, l’utilisation de l’appât est interdite. Ce relevé sera à envoyer à la Fredon Ile-de-France, qui informe en retour cinq organismes différents : Driaaf, Driee, DTT, FDC(2) 77, ONCFS(3), CDCFS(4) et la mairie qui doit afficher la présence d’appât 48 h avant leur installation. En parallèle, l’exploitant reçoit un bon d’utilisation destiné au distributeur autorisé à commercialiser ce produit. Ce fonctionnement est vu comme une nouvelle « machine à gaz » sur le terrain.

(1)Direction régionale interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie.

(2)Fédération départementale des chasseurs.

(3)Office national de la chasse et de la faune sauvage.

(4)Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages