Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Céréales : les conséquences d'un excès d'eau

par Eric Young, mis à jour à 15:50
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Céréales : les conséquences d'un excès d'eau

La gravité d'un excès d'eau dépend du stade des céréales, de la durée d'immersion et des conditions du retour à la normale après la crise.

Les conséquences d'un excès d'eau sur les céréales dépendent de trois critères : le stade de la culture, le niveau et la durée d'immersion et les conditions de drainage de la parcelle. Pour la culture inondée, il n'y a rien à faire au moment où l'eau est là, bien sûr, mais il faut répondre ensuite à la question de son remplacement par une culture de printemps.

Selon l'institut technique Arvalis, il existe une période de sensibilité maximale à la floraison et au début du remplissage du grain.

Cette situation concerne donc essentiellement les blés de la zone nord. On peut dès lors s’attendre à 30 à 100 % de perte de rendement selon les cas. 

Pour des stades plus tardifs (remplissage déjà avancé, grain laiteux) et ainsi, surtout pour les orges d'hiver où les grains sont en place, leur croissance va juste être « mise en pause » quelques jours si l'immersion n'est pas létale.

Pour les stades plus précoces (courant montaison) et donc plutôt pour les orges de printemps, les risques sont moindres et les possibilités de rattrapage, plus nombreuses.

Une immersion totale engendre trois problèmes : l’incapacité totale de transpirer, de respirer pour la totalité des tissus et la possible altération des pièces florales. Il s’agit donc du cas de figure le plus pénalisant.

Une immersion de courte durée (24 h) peut sans doute ne pas anéantir la culture ; en revanche, pour une durée supérieure à trois-quatre jours, il y a fort à craindre que toutes les plantes périssent ou qu’a minima, la fertilité des épis soit très fortement affectée. 

Une immersion partielle (à mi-hauteur, qui ne recouvre pas les épis) va plus provoquer un arrêt de croissance de la plante, qui pourra repartir si l’eau n’est pas restée trop longtemps.

Enfin, une fois l’épisode d’inondation passé, les conditions de drainage de la parcelle et de reprise de la végétation seront primordiales.

Il y a deux situations à craindre. D'une part, le maintien de l’hydromorphie au niveau du sol qui fait que les racines trempées ne pourront pas redevenir opérationnelles assez vite pour permettre la reprise de la croissance de la culture.

D'autre part, on peut craindre aussi un retour rapide et brutal d’un temps chaud et ensoleillé puisque la demande évaporative des parties aériennes ne pourra pas être satisfaite par des racines encore en situation d’anoxie. Cela pourrait provoquer une forme d’échaudage.

L’idéal serait d’avoir une période de deux à quatre jours de transition pour permettre à une partie des excès d’eau de s’évacuer.

Après cette crise se pose la question de remplacer la culture ou non. En fait, la clé de décision réside dans la présence ou non des grains en croissance une semaine après l'inondation.

En l'absence de grain, pas de discussion : un retournement. Si les grains continuent de croître, il est préférable, selon Arvalis, de laisser faire et de récolter ce qu'on pourra.

Par ailleurs, on peut aussi se poser la question d'une fauche ou d'un ensilage destiné au fourrage. Dans nos régions, les céréales ont rarement atteint le bon stade de digestibilité pour ça. 

Une conséquence indirecte de cette hydromorphie exceptionnelle peut aussi être une aggravation du risque de verse, soit parce que le courant d’eau a poussé les plantes, soit parce que le sol perd sa cohésion et que l’ancrage racinaire fait défaut.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages