Chambre : l'ultime session de la mandature

par Marine Guillaume, mis à jour à 18:02
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Chambre : l'ultime session de la mandature

La dernière session de la mandature s'est déroulée jeudi 22 novembre à Paris.

Jeudi 22 novembre, la dernière session Chambre de la mandature s'est déroulée à Paris. C'était l'ultime rendez-vous.

Le dernier acte de six années de travail qui ont notamment vu se concrétiser la fusion des trois entités franciliennes : la Chambre interdépartementale d'Île-de-France, la Chambre de Seine-et-Marne et la Chambre régionale en une structure unique, la Chambre de région Île-de-France.

« Cette session a une saveur particulière car c'est la dernière de la mandature et c'est aussi, pour certains élus sortants ayant atteint la limite d'âge pour siéger, la dernière journée de travail d'une belle aventure Chambre, a souligné le président de la Chambre de région, Christophe Hillairet. Cette mandature est celle de la régionalisation et je tiens à remercier ici l'ensemble des membres de Chambre des trois compagnies ainsi que les collaborateurs pour le travail accompli. »

En présence de la vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Alexandra Dublanche, et du préfet de Paris, Michel Cadot, Christophe Hillairet a ensuite fait un tour de l'actualité agricole.

Sécheresse, véganes, loi Essoc, aides au bio, charte du bon voisinage, gens du voyage, problématiques foncières..., rien n'a été mis de côté.

Pour la Région, Alexandra Dublanche a assuré travailler à la mise en place d'un dispositif pour l'aide à l'achat d'aliments pour le bétail des éleveurs en difficultés. « Nous sommes mobilisés, nous serons au rendez-vous », a-t-elle rassuré, précisant dans le même temps que le « plan élevage », dans le cadre du Pacte agricole, sera présenté d'ici le printemps prochain.

Parmi les autres annonces, la création d'un Plan méthanisation et la tenue d'Assises de l'alimentation en février-mars. De son côté, le préfet Michel Cadot a salué le travail accompli par les élus Chambre ainsi que l'aboutissement de la régionalisation. « J'apprécie le punch et la pugnacité de nos échanges, la méthode me convient », a-t-il souri avant d'indiquer que « les services de l'État travaillent pour répondre à la demande de dégrèvement de la TFNB formulée par la profession », de redire sa volonté de réduire au maximum l'emprise foncière des projets franciliens sur les terres agricoles « en redensifiant en priorité la petite couronne parisienne », et de réaffirmer la capacité de l'État à accompagner les conversions au bio.

À la suite de ces échanges, les élus référents des services Chambre ont chacun dressé un bilan de mandature avant que ne soit voté le budget initial 2019. 

Ce budget intègre un périmètre élargi aux activités liées à l'élevage (voir ci-dessous) et reflète la volonté de proximité par rapport aux exploitations. Ainsi, plus de quatorze millions d'euros sont dédiés aux services des agriculteurs et des éleveurs. 

Dernier budget voté par l’actuelle mandature, il sera exécuté par les élus issus des élections de janvier prochain.

L'élevage intégré à la Chambre

Cette dernière session Chambre a été également le dernier acte de la régionalisation avec l'intégration de l'élevage au sein de la Compagnie. Les structures de l'élevage francilien fonctionnaient déjà sur le plan régional et étaient au nombre de trois : l'Établissement régional de l'élevage (ERE), le Groupement régional de défense sanitaire (GRDS) et les Services élevage Île-de-France (SIE). Si ces deux derniers conservent leur mode de fonctionnement propre, l'ERE, lui, est entièrement intégré à la Chambre de région à compter du 1er janvier prochain. « Les deux autres structures remplissent des missions incompatibles avec les activités de la Chambre », a précisé Christophe Hillairet, soulignant toutefois que les subventions allouées au GRDS et au SIE seront maintenues. « C'est un événement aussi historique que la naissance de la Chambre de région » s'est félicité le président. 

Marine Guillaume (avec L.G.-D.)

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages