Champêtre - Ferme florale des bords de Seine : des bouquets 100 % locaux

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:51
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Champêtre - Ferme florale des bords de Seine : des bouquets 100 % locaux

Productrice de fleurs vendues uniquement en bouquets, Isabelle Chanclud couvre l’ensemble de la filière, du champ aux clients. Elle a même créé sa marque : Champêtre - Ferme florale des bords de Seine.

De la graine au bouquet, c’est ce que propose Isabelle Chanclud, à la Ferme de Chauchien à La Grande­Paroisse.

Installée en polyculture sur 60 hectares à titre individuel, elle a choisi de se diversifier dans la production de fleurs fraîches et séchées en production biologique commercialisée sous forme de bouquets. Elle a même créé sa marque  : Champêtre - Ferme florale des bords de Seine.

Cette agri-fleuriste, comme elle se qualifie elle-même, a passé le confinement dans son jardin, une parcelle florale de 5  000 m2.

Pour sa première année d’activité, elle se considère en phase de test du terroir, du climat, de la qualité des fleurs —port, hauteur des tiges… — pour la production mais également pour les circuits de distribution.

Ces derniers mois, elle a dû trouver des solutions face aux dégâts de lapins (installation d’un grillage en attendant la mise en place d’une clôture biodiversité avec une haie), aux plantes envahissantes dans le feuillage, la sécheresse — un goutte-à-goutte sera installé l’an prochain…

Les fleurs sont cultivées sur des toiles de 12 m2 (environ 40) auxquels s’ajoute une surface de production de feuillage.

« L’idée est de cueillir fleur par fleur en fonction des besoins et commandes. Je suis dans une démarche zéro déchet. Le plant reste en place le plus longtemps possible. Les fleurs qui ne sont pas cueillies pour les bouquets seront mises à sécher », explique l’agricultrice, qui cultive une soixantaine d’espèces, parfois avec de multiples variétés au fil de la saison.

« Différents types de fleurs sont nécessaires pour réaliser un bouquet, sauf dans certains cas (dahlias par exemple). La complexité réside dans le fait d’avoir des fleurs qui se complètent par la forme et la couleur. Et il ne faut aucune rupture alors que nous travaillons avec du vivant. C’est un gros challenge. »

Des tunnels vont être montés afin d’élargir la plage de production de fleurs fraîches dès la fin du printemps, l’objectif étant d’avoir des fleurs à commercialiser pour la fête des mères. Isabelle Chanclud propose trois tailles de bouquets (M, L et XL) et des créations florales à la demande pour des événements spécifiques  : mariages, anniversaires et obsèques.

Dans sa démarche de « slow flower », elle ne commercialise que des fleurs fraîches en saison, d’où le développement d’une activité de fleurs séchées pour les proposer en hiver.

En complément, elle souhaite proposer des ateliers de composition florale, une activité qu’elle a déjà testée lors du dernier salon de l’agriculture. « Agrifleuriste, c’est un nouveau métier. J’ai tout à apprendre mais c’est une passion », souligne Isabelle Chanclud, qui, après plus de vingt ans en tant que conseillère chambre d’Agriculture, « avait besoin de retrouver du calme et de la sérénité, ce que je retrouve dans la production comme dans la composition des bouquets ».

Elle poursuit  : « Les jardins et les fleurs m’ont toujours attirée. En réfléchissant à ma reconversion, je souhaitais faire quelque chose en famille — son époux et son frère sont installés sur l’exploitation familiale — tout en trouvant ma place avec mon propre atelier. Ma formation à l’École des fleuristes à Paris, durant le mois de juillet 2019, a été le déclic. J’avais envie d’être parmi les fleurs dans une démarche de la production au bouquet, ni 100  % horticulteur, ni 100  % fleuriste ».

Adhérente au Collectif de la fleur française, qui regroupe producteurs, fleuristes et personnes qui font de l’événementiel, elle partage les mêmes valeurs.

« Nous ne sommes pas concurrents mais complémentaires. J’ai d’ailleurs été coachée par une productrice bretonne ».

Présente sur deux Ruches qui dit oui, elle commercialise depuis peu en vente directe sur les marchés de Bois-le-Roi le jeudi et d’Avon le samedi matin et sur sa ferme le samedi après-midi. À chaque fois, elle propose les compositions confectionnées par ses soins avec les fleurs de sa production. Des bouquets de fleurs 100  % locales et de saison.

Installée dans un ancien bâtiment d’élevage, elle a en projet de créer un atelier et une boutique à la ferme.

En fin d’année, elle participera à des marchés de Noël avec des bouquets et créations florales à partir de fleurs séchées valorisant sa production.

Laurence Goudet-Dupuis

En savoir +  : bonjour@champetre-­fermeflorale.fr ; www.champetre-fermeflorale.fr.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages