Charles-Antoine de Vibraye, un marquis lié à Cheverny

par Estelle Bescond, mis à jour à 15:23
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Charles-Antoine de Vibraye, un marquis lié à Cheverny

Propriétaire du château de Cheverny (Loir-et-Cher), Charles-Antoine de Vibraye s'investit également dans la vie de son département et pour son territoire.

« Je crois que nous avons tous les clefs de notre enfer ou de notre paradis. » Pour Charles-Antoine marquis de Vibraye, être propriétaire du château de Cheverny (Loir-et-Cher) n’a jamais été vécu comme une fatalité : « J’ai toujours considéré ce travail comme un privilège. »

Pourtant, il ne l’a pas choisi. Le château de Cheverny se transmet de père en fils depuis six siècles. « Mon grand-oncle, Philippe de Vibraye, n’avait pas d’enfant et souhaitait transmettre le château à un membre de la famille. »

En 1968, Charles-Antoine de Sigalas, adopté à trois ans par son grand-oncle mais élevé par ses parents, devient le digne héritier du château.

C’est en 1994 — après des études de droit, un service militaire en Allemagne et un emploi dans une coopérative forestière dans la Nièvre — que Charles-Antoine s’installe au domaine avec son épouse et ses enfants.

Très vite, il mesure l’importance du tourisme : « J’ai compris que c’était grâce aux visiteurs que l’on pouvait entretenir et conserver le château. Cette cohabitation, je l’avais intégrée déjà petit et cela n’a jamais été un sentiment désagréable, au contraire : c’est plaisant de voir que le château est apprécié. »

Ouvert au public en 1922 par son grand-oncle dans un esprit d’entreprise, le domaine reçoit aujourd’hui 350 000 visiteurs par an et emploie une quarantaine de personnes en basse saison. Il explique : « Mon quotidien, c’est le travail d’un chef d’entreprise. C’est très enthousiasmant d’être son propre patron même s’il y a beaucoup de contraintes. »

Épaulé par son épouse, Constance du Closel, Charles-Antoine de Vibraye donne aussi de sa personne pour son territoire : conseiller municipal, président du Syndicat des forestiers du département et de l’association ferroviaire Blois-Paris illico… « Cette propriété a besoin de passion. Aimer, c’est déjà une arme et l’on n’abîme pas quelque chose que l’on aime. »

Cet amour, il espère bien le transmettre à son fils, Maximilien, pour lui confier « un héritage de pierre, de terre, de tradition et de nom ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages