Confréries, loi Egalim et labels

par Laurence Dupuis, mis à jour à 19:30
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Confréries, loi Egalim et labels

Alors que la loi Egalim venait d’être votée, ses conséquences sur les labels ont été évoquées lors des Confrériades.

« Les confréries et les labels (Appellation d'origine contrôlée - AOC -, Appellation d'origine protégée - AOP -, Spécialité traditionnelle garantie - STG -, Indication géographique de provenance - IGP -, Agriculture biologique - AB -, Label rouge…) : comment ces différents labels valorisent-ils les produits dans un contexte de nouvelle loi sur l’alimentation ? » Tel était le thème des Confrériades organisées le 6 octobre à Melun dans le cadre de Melun fête son brie.

« La volonté de départ de la loi Egalim était de rééquilibrer les relations entre les différents acteurs. Certes tout n’est pas parfait », a rappelé la députée Aude Luquet.

Des propos appuyés par la directrice de la Driaaf (Direction régionale de l'Agriculture et de la Forêt), Anne Bossy, qui a mis l’accent sur la répartition de la valeur ajoutée entre les acteurs et la contractualisation dans l’objectif de pacifier les relations commerciales et les attentes sociétales.

Membre de la confrérie du muscadet, le délégué territorial de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), Olivier Russeil, a ensuite décliné les différents signes de qualité, dont les AOP et IGP, preuves de « grande qualité et typicité ».

Puis il a évoqué l’introduction par la loi Egalim du fait « que tous les signes de qualité devront inscrire une équivalence environnementale ; le degré n’est pas fixé mais devrait s’établir entre les niveaux 2 (agriculture raisonnée) et le HVE (Haute valeur ajoutée). L’enjeu des signes doit rester à un niveau valorisant ».

Seul producteur présent, le président de la FDSPL (Fédération départementale des syndicats de producteurs de lait) et de l’ERE (Établissement régional de l'élevage), Jean-Claude Pette, a exprimé ses inquiétudes « face aux amendements ajoutés sur les contraintes environnementales ».

« L’AOP étant basée sur la tradition, le cahier des charges très strict est déjà dans une démarche environnementale. En tant que polyculteur-éleveur, je suis dans l’obligation d’impliquer l’ensemble de mon exploitation, pas uniquement l’atelier lait. Mais l’acheteur ne paiera pas plus cher. Pourtant, dans l’esprit de l’agriculteur que je suis, faire les États généraux de l’alimentation pour rééquilibrer les rapports de force me paraissait important », poursuit-il.

Et d'ajouter : « Le lait est vendu au même prix depuis 1985, avec juste une valorisation en plus pour le lait AOP. Or les mesures mises en place concernent les relations entre les transformateurs et les distributeurs et non les producteurs. Le contrat de filière, établi par le transformateur, devait permettre un retour de la valeur ajoutée mais cela sera insuffisant ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages