Conjoncture 2018 : des écarts qui se creusent

par Laurence Dupuis, mis à jour à 15:26
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Conjoncture 2018 : des écarts qui se creusent

La réunion conjoncture du CERFrance Champagne - Nord-Est - Île-de-France s’est tenue à La Rochette (Seine-et-Marne) le 5 octobre. Si les résultats restent stables pour les groupes de tête, les écarts se creusent entre les exploitations d’un même système.

Dans un contexte marqué par une production mondiale de blé en retrait (- 5,5 %), une qualité moyenne (12 % de taux de protéines et 50 % des blés classés en qualité premium) et une hausse des cours, mais un secteur sucrier qui doit faire face à l’arrêt des quotas, de grosses productions au Brésil et en Inde et des conditions climatiques particulières (printemps très humide et été sec et chaud), le CERFrance Champagne - Nord-Est - Île-de-France a tenu sa traditionnelle réunion conjoncture à destination de ses partenaires vendredi 5 octobre à La Rochette.

En 2018, en Seine-et-Marne, on note des évolutions des assolements dont une forte baisse de la sole en orge d’hiver (- 10 %) en raison d’inondations qui ont obligé les exploitants agricoles à se reporter vers d’autres cultures.

Les rendements en blé sont globalement satisfaisants (78 à 81 qx/ha du nord au sud du département) malgré une grande hétérogénéité. Par contre, concernant les cultures en cours de récolte (betteraves, pommes de terre et maïs), les rendements sont annoncés en forte baisse.

Parmi les hypothèses de prix retenus, on note celui du blé (165 euros/tonne). La baisse des DPB (Droits à paiement de base) et des aides découplées sont intégrées.

Les charges repartent à la hausse avec + 25 % pour les cotisations et contributions sociales (une valeur qui varie fortement en fonction du système de calcul et de l’historique de chaque entreprise), + 30 % pour le carburant, + 10 % pour les engrais et amendements (+ 20 % pour les betteraviers).

Ainsi, le système polyculteur nord (170 hectares de moyenne) dégagerait un résultat proche de celui de 2017 (156 euros/hectare contre 154 euros/ha) avec une inquiétude pour le groupe regroupant les 25 % de structures les moins performantes. Concernant les exploitations du quart supérieur, l’augmentation des produits se retrouve intégralement dans le résultat.

Il faut souligner que des exploitations décrochent en blé ou en maïs (+ ou - une tonne par hectare de blé engendre + ou - 78 euros/hectare de résultat).

L’excédent brut d’exploitation serait en hausse de 30 euros en moyenne. Si la trésorerie est de plus en plus difficile pour les structures les moins performantes, le quart supérieur reste sur un disponible acceptable bien que dégradé par rapport à 2017.

Le même constat peut être fait pour le système polyculteur de la région Centre (158 hectares) avec un résultat moyen de 143 euros/ha (en baisse de 33 euros/ha) malgré un produit proche.
Quant au système polyculteur sud (158 hectares), les résultats sont meilleurs qu’en 2017 (340 euros/ha contre 192 euros/ha). Mais la situation financière des exploitations se trouvant dans le quart inférieur (dont le résultat est négatif pour ce système) est de plus en plus difficile.

Concernant le système betteravier, avec un résultat courant de 195 euros/hectare, il se dégrade malgré un produit brut équivalent à la récolte 2017 et par voie de conséquence des situations de trésorerie qui deviennent moins confortables. À noter, des rendements retenus qui pourraient être un peu optimistes au vu de conditions de sécheresse persistante.

Enfin, si les cours sont repartis à la hausse en production laitière, de gros écarts se font jour notamment en fonction de la productivité, du prix payé et des charges alimentaires, trois critères prépondérants pour ces ateliers.

Quel que soit le système de production, productivité, maîtrise des charges et parfois de commercialisation sont des points clés de la compétitivité des entreprises.

Dans un second temps, après un rapide point sur la réforme de la fiscalité et les actions du CERFrance en la matière, les scénarios stratégiques possibles pour être en phase avec les évolutions sociétales et assurer la pérennité des entreprises ont été présentés. Ils sont issus de travaux de veille économique menée en commun au niveau du CERFrance national.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages