Consultation publique : « Il faut se sentir concerné, dix lignes suffisent »

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:45
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Consultation publique : « Il faut se sentir concerné, dix lignes suffisent »

Agriculteur à Frémécourt (Val-d'Oise), Grégoire Bouilliant a été l'un des premiers à répondre à la consultation publique sur le projet d'arrêté de Zones de non-traitement. Il explique.

La consultation publique sur le projet d'arrêté de Zones de non-traitement (ZNT) s'est ouverte la semaine passée et se poursuit jusqu'au 1er octobre. Elle intervient dans un contexte compliqué puisque plusieurs maires franciliens ont pris des arrêtés d'interdiction d'usage des produits phytosanitaires à moins de 150 mètres des zones habitées.

Dans le Val-d'Oise, Grégoire Bouilliant, agriculteur à Frémécourt, a été l'un des premiers à répondre à cette consultation publique.

«  Je me suis senti particulièrement concerné puisque j'ai une parcelle à Us où la maire a pris un arrêté de ce type, explique l'agriculteur. Mais au-delà de ça, c'est un sujet brûlant que chacun devrait s'approprier car cela touche l'ensemble des secteurs agricoles et partout en France. Personne n'est épargné et il est, à mon sens, indispensable de répondre. Certains élus sont de véritables murs que rien ne fera changer d'avis. La consultation publique est une nouvelle forme de communication qui nous est offerte, il faut s'en saisir  ».

Dans son écrit, Grégoire Bouilliant a pris le parti de ne pas être trop technique  : «  J'ai expliqué que 5 mètres, 10 mètres, ou plus, ou moins, peu importe, il y aurait des surfaces impactées et donc un manque à gagner. Qui va financer cela  ? Ensuite, j'ai interrogé sur la pertinence de reculer les zones cultivées. Pourquoi ne serait-ce pas plutôt les limites de propriété des jardins pour créer une zone tampon  ? Et j'ai souligné qu'en cas d'application des ZNT, il faudrait prendre cela en compte pour les constructions futures. J'ai également évoqué le délai de prévenance qui est inapplicable car nous avons des promeneurs toute l'année… Faudra-t-il mettre des panneaux à l'entrée des parcelles qui indiqueront ''Attention, risque de traitement phytosanitaire''  ? Et enfin, j'ai terminé mon propos par un listing sous forme de questions posant les principaux enjeux  : pourquoi ce délai de prévenance  ? pourquoi continuer à faire des PLU si c'est pour tout remodifier ensuite  ? Cela coûte une fortune… Pourquoi remettre en cause des études scientifiques et l'utilisation de produits qui ont reçu des autorisations de mise sur le marché  ? Et pourquoi un tel décret dans une politique française qui transpose déjà beaucoup de directives  ?  ».

Le propos de Grégoire Bouilliant tient en une dizaine de lignes, «  c'est assez simple et rapide, il n'y a pas grand chose à faire, il faut se sentir concerné, exploiter ce canal de communication, être concis et ne pas trop donner son opinion, plutôt interroger et souligner les inepties ou incohérences  ».

L'agriculteur val-d'oisien a prévu de faire participer son père à la consultation en tenant là un propos plus technique, ainsi que son épouse, pour laquelle il imagine un texte davantage «  grand public  ».

Marine Guillaume

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages