Coronavirus : quels impacts sur nos filières d’élevage ?

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:54
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Coronavirus : quels impacts sur nos filières d’élevage ?

Un point sur les mesures prises pour le commerce et le transport d'animaux en France et en Europe.

Sur le commerce d’animaux vivants

À la suite du passage au stade 3 de l'épidémie, les mesures de restriction prises n’engendrent aucune modification sur les transports d’animaux, ni en France, ni vers les autres pays européens.

Il n’y a donc aucune restriction, la circulation reste autorisée, même vers l’Italie. Le 10 mars, l’Italie a signé un décret (valable jusqu’au 3 avril) stipulant qu’il n’y avait aucune restriction pour les livraisons d’animaux vivants vers l’Italie.

Certaines régions d’Italie sont soumises à la mesure suivante : éviter tout déplacement de personnes physiques à l’entrée et à la sortie des territoires concernés, ainsi qu’au sein de ces territoires, sauf pour les déplacements motivés par des exigences professionnelles ou des situations de nécessité.

Les camions peuvent donc circuler dans le pays pour autant que cela se limite à l’exigence de livraison ou d’enlèvement des produits. Ils doivent avoir les documents de transport habituels en règle. Comme à chaque livraison, il est essentiel que les opérateurs souhaitant expédier des animaux vers l’Italie s’assurent auprès de leurs contacts à destination qu’ils sont bien en capacité de recevoir les animaux.

Ainsi, à part des perturbations liées à la disponibilité des chauffeurs (aucune information à ce jour), il n’y a aucune raison valable pour que les acheteurs baissent les prix d’achat auprès des éleveurs.

Et en France ?

L’arrêt de la restauration va nécessairement provoquer un report sur la consommation à domicile et bouleverser l’organisation de la filière agro-alimentaire. Il y aura une période de transition des commandes et d’adaptation des flux, mais rien ne laisse envisager une réduction de la consommation. Enfin, pour les productions en cours, dans l’arrêté du 16 mars ne figure aucune restriction réglementaire sur le transport de fourrages et d’aliments, ni l’entretien et la réparation du matériel, ou sur les fournisseurs pour les exploitations agricoles.

Zoom sur la filière bovins

Les broutards français (engraissés en Italie) composent majoritairement les volumes de la grande distribution italienne. Ainsi, le report de la restauration sur la consommation à domicile devrait être bénéfique aux viandes françaises.

Nous devons tout de même avoir un point de vigilance sur les viandes d’autres origines, commercialisées principalement en restauration hors domicile, qui pourraient être bradées.

À la suite des premiers effets du coronavirus en Chine, les cours des ingrédients laitiers ont été affectés dès février. Dans le contexte actuel, cette baisse risque de se poursuivre, selon les mesures que prendront les différents pays, mais surtout selon la réaction des acheteurs sur le marché mondial, s’ils pensent qu’il y a un excès de disponibilités.

À l’heure actuelle, il n’y a aucune conséquence sur la production laitière elle-même.

Zoom sur la filière caprine - viande de chevreaux

La filière d’engraissement de chevreaux se retrouve déjà très impactée par les conséquences de l’épidémie de Covid-19. En effet, habituellement chaque année, plus de 50 % des chevreaux sont abattus pendant la période de Pâques.

Aujourd’hui, des commandes s’annulent déjà, les abatteurs craignent de devoir faire face à une situation de surstock en congélation, ce qui engendrerait des conséquences économiques.

Afin d’anticiper et de ne pas laisser les chevreaux dans les exploitations, les trois abatteurs français (Établissement Ribot, Loeul et Piriot, Palmid’or), à la suite d'une réunion avec Interbev et la Fnec, ont décidé de continuer à abattre tous les chevreaux en cours d’engraissement et ceux qui seront mis à l’engraissement jusqu’à Pâques.

A.P.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages