Crise sanitaire pour les betteraves

par Laure Sauvage, mis à jour à 22:01
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Crise sanitaire pour les betteraves

Alors que les parcelles de betteraves sont envahies de pucerons verts, mettant en exergue les limites des solutions alternatives aux néonicotinoïdes, le président de la CGB Île-de-France évoque la situation.

Le printemps 2020 a vu une invasion de pucerons verts dans les champs de betteraves dès la sortie de terre des jeunes plantules. Cette infestation, inédite par son ampleur et sa précocité, met en lumière les limites des solutions alternatives aux néonicotinoïdes, interdits en France depuis le 1er septembre 2018.

Entre amertume et colère, les planteurs veulent retrouver une solution efficace pour la pérennité de leur culture.

Jean-Pierre Dubray, président du syndicat betteravier CGB Île-de-France, revient sur la situation  : «  Dès la levée des betteraves, les planteurs ont dû faire face aux populations importantes de pucerons verts, vecteurs de la jaunisse virale. Face à cette situation inédite, la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves) et l’ITB (Institut technique de la betterave) ont rapidement obtenu des pouvoirs publics la modification de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du Teppeki afin de permettre un usage de cet insecticide dès le stade 2-feuilles (au lieu de 6).

L'AMM dérogatoire pour le Movento vient également d’être modifiée avec la possibilité d’un troisième passage pour ce produit, pour couvrir éventuellement la présence persistante de pucerons dans les situations de levées échelonnées.

Mais multiplier les passages d’insecticides n’est pas une solution  ! Sortir le pulvérisateur à tout bout de champ n’est plus dans l’air du temps  : c’est insatisfaisant, tant d’un point de vue environnemental que sociétal et économique.

C’est le sens du courrier que la CGB Île-de-France et les FDSEA de Seine-et-Marne et d’Île-de-France ont adressé aux préfets d’Île-de-France et relayé aux parlementaires de la région début mai. Par rapport aux néonicotinoïdes, le surcoût de trois passages insecticides représente 80 euros/hectare, soit près d’un euro la tonne de betterave  ! C’est la rentabilité de la culture qui est en jeu…

Et c’est sans compter les potentielles pertes engendrées par la maladie. En effet, depuis une quinzaine de jours, des ronds de jaunisse commencent à se dessiner, malgré les traitements insecticides réalisés. Ces symptômes sont la preuve d’alternatives inadaptées et insuffisantes.

La CGB appelle donc l'État à organiser une réunion de crise en haut niveau réunissant toutes les parties prenantes autour de la table  : il est en effet urgent d’apporter une réponse crédible économiquement. Si les services de l’État et les politiques doivent encourager et favoriser l’innovation et la recherche, en particulier génétique afin d’accompagner la résilience de notre production, nous avons besoin, à court terme, d’une solution avec un traitement de semences efficace  !

À l’heure où l’on ne jure que par la souveraineté alimentaire, notre culture et notre filière sont en danger  : le découragement et le désappointement gagnent les planteurs face à cette situation agronomique et économique périlleuse.

Les pouvoirs publics doivent nous aider à sortir de l’impasse dans laquelle ils nous ont poussés, nous apporter une vraie solution pour lutter contre le virus de la jaunisse et apporter une solution à cette crise sanitaire betteravière…  ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages