Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Crises sanitaires : le GDS 41 aux côtés des éleveurs

par Estelle Bescond, mis à jour à 10:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Crises sanitaires : le GDS 41 aux côtés des éleveurs

Le Groupement de défense sanitaire de Loir-et-Cher a tenu son assemblée générale le 2 février à Blois. Le sujet de la tuberculose bovine a longuement été discuté.

« L’année 2015 du Groupement de défense sanitaire de Loir-et-Cher a été marquée par trois événements majeurs : la publication de la loi Notre, la découverte d’un sanglier porteur de la tuberculose bovine et la réémergence de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Si je qualifie ces événements de majeurs, c’est qu’au-delà de leur impact sur l’année passée, ils vont fortement conditionner le futur », a confié le président du GDS 41, Frédéric Jaffré, lors de l’assemblée générale ordinaire organisée le 2 février dans les locaux du Crédit agricole, à Blois.

Jusqu’à présent, le département soutenait financièrement la lutte sanitaire mais avec la loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (Notre), cette compétence devrait être confiée à la région d’ici à 2017. Le risque est que les dotations diminuent par rapport aux années précédentes. « Le rapprochement avec nos collègues de la région est inévitable et souhaité. » 

Au niveau sanitaire, la FCO a entraîné le Loir-et-Cher dans une situation compliquée : faible stock de vaccins, organisation difficile en raison de la taille des flacons (cinquante doses) et de la dispersion des broutards sur le territoire, problèmes de commercialisation… Dans l’assemblée, des agriculteurs ont demandé une meilleure anticipation de l’État qui serait un « gage de réussite » dans la gestion des crises sanitaires.

À l’issue de cette réunion, Fabrice Chevalier, coordinateur national « tuberculose bovine » de la direction générale de l’Alimentation (DGAL), a fait un point sur cette maladie insidieuse mais très lente. « Un bovin infecté peut en contaminer beaucoup d’autres avant que l’on ne se rendre compte qu’il est malade. »

Depuis 2001, la France est officiellement indemne de tuberculose — un statut qui facilite les échanges entre pays — mais la situation a évolué. Pour être reconnu indemne, il ne faut pas plus de 120 cheptels infectés. Depuis 2012, la France compte une centaine de cheptels infectés, notamment regroupés dans la nouvelle région Aquitaine.

Selon le spécialiste, la contamination de la faune sauvage est toujours d’origine bovine : « Il n’existe qu’un seul cas inverse. Dans un parc de chasse de la Marne, après des recherches, nous avons découvert qu’une vingtaine de sangliers était contaminée par la tuberculose et que l’origine de la mycobactérie venait d’un élevage de cerfs. »

Pour le moment, le cas de Vernou-en-Sologne, découvert en janvier 2015, fait lui aussi figure d'exception. « La souche de la bactérie nous interpelle car nous ne l’avons pas vue depuis vingt ans », souligne Fabrice Chevalier. Puisque cette souche n’a été trouvée qu’une fois en 1997 sur un bovin français abattu en Vendée, l’hypothèse la plus probable est donc que la maladie a été introduite dans la zone à partir d’animaux d’origine française.

Après les premiers résultats des tests effectués sur la faune sauvage et les cheptels concernés, aucun animal infecté n’a été détecté. La DGAL préconise donc de continuer les contrôles sur trois saisons au total — « afin de réunir d’autres éléments pour apporter nos conclusions ».

De son côté, le GDS va poursuivre son travail sur la prévention de la tuberculose et compte développer une meilleure connaissance des circuits commerciaux afin « d’anticiper une partie des problèmes et concevoir des plans de secours », suite aux blocages des ventes des animaux.

Par ailleurs, un représentant du Syndicat des apiculteurs de Loir-et-Cher a déclaré qu’un travail de partenariat avec Agglopolys pour la destruction des nids de frelon asiatique était en cours et que les apiculteurs allaient s’équiper pour détruire les nids.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Le glyphosate en questions

  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages