Cristal Union est venu renouer le dialogue avec les planteurs

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:49
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Cristal Union est venu renouer le dialogue avec les planteurs

Les responsables de la coopérative Cristal Union ont rencontré, le 7 juillet à Chaussy (Loiret), des planteurs du secteur de Toury autour des problématiques de la filière.

« La betterave est le socle de nos exploitations et aujourd'hui il s'effrite. Depuis quelques années, nous sommes très inquiets  », lance Éric Delorme aux responsables de la coopérative sucrière Cristal Union, qu'il reçoit le 7 juillet sur son exploitation à Chaussy (Loiret), accompagné par deux voisins planteurs eux aussi.

Il poursuit  :«  Les plus de 55 ans estiment que ça les emmènera au bout mais les jeunes qui s'installent n'ont pas envie de reprendre les quotas betteraviers. Moi, tant qu'une usine tournera, je continuerai. Mais côté Eure-et-Loir, ce sont plus des maïsiculteurs avec de petites surfaces de betteraves et pour eux, s'il n'y a pas de prix en face, je pense qu'ils arrêteront. Aujourd'hui, il y a beaucoup de questionnement et l'on se sent un peu seuls  ».

La filière betteravière est en tension. Depuis la fin des quotas, la surproduction mondiale a entraîné une chute des prix et l'interdiction des néonicotinoïdes en enrobage de semences a mené les planteurs dans une impasse technique, particulièrement cette année (voir encadré).

Par ailleurs, privés d'assemblée générale en raison de la pandémie Covid-19, les planteurs ont besoin de s'exprimer. C'est pourquoi les responsables de Cristal Union ont accepté cette rencontre auprès des planteurs du secteur de la sucrerie de Toury, usine qui ferme ses portes.

« Toury ferme, nous étions naturellement très proche de notre usine, maintenant nous allons à Pithiviers, d'accord, mais pour nous planteurs, cette étape est cruciale, nous devons la réussir, sinon, vous savez par ici beaucoup d'agriculteurs veulent diminuer ou arrêter, il y a un réel enjeu  », prévient Éric Delorme.

Le président de Cristal Union, Olivier de Bohan — flanqué de son directeur agricole, Bruno Labilloy, du président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet, et de deux directeurs d'usines — a tenu à rassurer les planteurs  : «  Où que l'on soit, nous avons les mêmes sujets. Tout est lié. Je sais que la fermeture de Toury, ça fait mal. Mais pour écraser les charges, nous avons été obligés de restructurer. Aujourd'hui, nous nous recentrons sur le marché européen avec une assise à quatre pieds  : le sucre, l'alcool, l'éthanol et la production animale. Et demain, derrière tout ça, il y a la décarbonation, qui est un vrai sujet. Faisons de ce sujet un atout pour le territoire  ».

Voire un avenir pour le site de Toury qui, au passage, n'est clairement plus à vendre…

Au fil de cette réunion informelle qui a duré un bon moment, chacun s'exprime. Tous les sujets sont abordés, parfois à bâtons rompus mais toujours dans l'écoute mutuelle. Les planteurs expliquent ainsi que s'ils ont digéré la fermeture de l'usine de Toury, ils s'inquiètent sur l'avenir de celle de Pithiviers, qu'ils ne connaissent pas et à laquelle ils vont livrer désormais.

Son directeur, Frédéric Laborey, promet d'organiser des visites pour leur montrer que sous des dehors fatigués elle possède un équipement tout ce qu'il y a de moderne et performant.

Sur le sujet crucial du prix de la betterave, Olivier de Bohan se veut rassurant  : «  Si nous avons pris ces décisions, c'est pour ramener de la stabilité. Avoir un prix bas une année ou deux, on supporte, au-delà on ne peut pas. Aujourd'hui, économiquement, il faut que l'on agisse. Il faut rester pragmatique, très humble. L'objectif, grâce à nos outils, est d'aller chercher deux ou trois euros en plus à la tonne de betteraves. Cette année, on annonce 23 euros la tonne et nous le tiendrons. Nous avons passé toute la restructuration sur l'exercice clos et nous sommes repassés dans le vert sur le prévisionnel de l'exercice en cours mais nous avons besoin de voir plus clair sur la productivité sucre que l'on va avoir… Cependant, la tendance est là et nous devrions pouvoir annoncer de bonnes nouvelles en septembre  ».

Et le président de conclure  : «  Je me dois de répondre à vos attentes. La seule solution c'est la valorisation. Ici, les gens ont joué le jeu de maintenir la betterave, à nous de renvoyer la balle  ». Dont acte.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages