Dans un tableau de Monet

par Eric Young, mis à jour à 17:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Dans un tableau de Monet

Se promener dans les jardins de la maison de Claude Monet à Giverny (Eure), c'est une impression et une immersion.

Le mot d'impression est déjà un programme. Ce n'est pas uniquement un jeu de mots pour rappeler que celui qui a habité ces lieux de 1883 à sa mort en 1926 a été un grand maître de l'impressionnisme. Non, c'est vraiment pour dire que la visite en met plein la vue, surtout au printemps.

Les fleurs sont innombrables et composent une mosaïque de couleurs. Le vent dans les branches de saules fait miroiter les nuances de vert. Les nénuphars ne sont pas encore ouverts mais ils offrent déjà une promesse.  Forcément, on regarde ce paysage comme un tableau du peintre. D'ailleurs, à l'entrée du jardin, un autochrome d'époque le montre debout dans son jardin déjà rempli de lavande violette ou de fleurs multicolores.

Et donc, marcher dans ce jardin, c'est comme s'immerger dans un tableau. On serait au cinéma, on aurait la sensation de vivre à l'envers l'intrigue du film de Woody Allen « La Rose pourpre du Caire ».

Mais voilà l'interrogation : est-ce qu'on est dans le tableau tel que le voyait le peintre, comme le suggérerait l'autochrome, ou est-ce que les jardiniers nous contruisent un paysage en rapport avec notre culture muséale ? Sans doute un peu des deux mais l'histoire personnelle du peintre laisserait pencher plutôt pour la deuxième solution. Atteint de cataracte, Claude Monet était presque aveugle quand il peignait les nymphéas, par exemple.

C'est donc un jardin de souvenirs, et pas d'observations, qu'il couche sur la toile. On est dès lors davantage convié à une balade dans les méandres du cerveau du peintre lorsqu'on se promène le long de l'étang de Giverny.  Et alors on fait le lien avec un autre jardin : le Pré catelan à Illiers-Combray (Eure-et-Loir) qui est, lui aussi, un lieu de souvenirs avant tout. Ceux de Marcel Proust, qui écrivait « La Recherche » durant les mêmes années que Claude Monet peignait.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages