Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

De l'élevage à l’assiette, sans intermédiaires

par Doriane Mantez, mis à jour à 16:29
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
De l'élevage à l’assiette, sans intermédiaires

"Ma vache à un prix, elle me coûte tant, je la valorise et vends sa viande au juste prix pour retomber sur mes pieds". Stéphane Turbeaux a bien compris l’avantage de travailler en circuit court.

« Ici on fait tout de A à Z ».

Stéphane Turbeaux et sa femme sont à la tête de deux sociétés complémentaires en bovins viande. D’un côté une exploitation de 220 ha, dont 120 de surface fourragère, en activité naisseur-engraisseur avec 210 animaux, autonome à 100 %, et de l’autre, un atelier de découpe à la ferme qui fait travailler trois personnes au total et qui commercialise toute la production.

« Lors de notre projet d’installation en 1999, la France sortait à peine de la vache folle… On s’était dit, soit on arrête les vaches, soit on fonctionne autrement et l’on cherche une alternative », raconte l'éleveur.

La vente directe s’est imposée comme une nécessité pour la famille Turbeaux, avec l’idée de rassurer le consommateur sur le produit consommé, sur sa qualité, sa provenance : « Nous avons commencé la vente directe avec notre propre boutique dans les années 2002. À l’époque, nous étions les seuls dans le coin à proposer ce service total ».

Au départ, la vente se faisait essentiellement aux particuliers, puis quelques années plus tard, ils ont proposé de la prestation de service pour toucher un autre type de clientèle qui commande du volume.

Stéphane Turbeaux se souvient : « Le bouche à oreilles a très bien fonctionné. La viande faisait sa propre publicité grâce à sa qualité. En 2012, Maurice Leroy (l'ancien président du conseil départemental, ndlr) disait « Je souhaite que les enfants mangent local ». Mes enfants étaient au collège de Montrichard, alors j’ai saisi cette occasion. J’ai contacté le conseil départemental et démarché le collège pour proposer nos services, chose qui n’était pas encore en place à l’époque. Jean-Luc Boissié, chef de cuisine du collège de Saint -Aignan, a tout de suite adhéré au projet et permis son bon développement ».

Aujourd’hui, l'agriculteur fournit quatre collèges en Loir-et-Cher et trois en Indre-et-Loire, en plus d’autres structures (Ehpad, lycées, restaurants) dans un rayon de 80 km autour de l’exploitation.

« Avec la prestation de services, on assure des débouchés avec des commandes importantes, environ 70 kilos pour un service, ce qui représente 600 couverts par jour », note-t-il.

Selon lui, l’opération dépend vraiment du cuisinier, s’il souhaite valoriser sa cuisine, si faire de la meilleure qualité avec des produits locaux le motive : « En Loir-et-Cher, je suis en lien avec deux chef cuisiniers avec qui ça ce passe très bien, et je me sers de cette expérience pour en démarcher d’autres ».

Précurseur dans la restauration collective depuis quatre ans, Stéphane Turbeaux est ravi de voir qu’aujourd’hui son expérience sert d’exemple et que le département crée des projets comme le Lab41 sur le même concept. Affranchis de tous les intermédiaires, maîtrisant toute la chaîne de production, toutes leurs ventes, les Turbeaux ont une certaine liberté d’action et décident de la juste valeur de leur viande. « Aujourd’hui la filière souffre et beaucoup d’agriculteurs sont loin de pouvoir boucler leurs fins de mois. Avec la vente directe en restauration collective, j’ai trouvé une bonne alternative pour gagner convenablement ma vie tout en m’épanouissant dans le métier que j’aime. ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours

  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages