De lourdes menaces planent sur le Compa

par Hervé Colin, mis à jour à 15:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
De lourdes menaces planent sur le Compa

Lors de l'assemblée générale de l'association des Amis du Compa réunie dans ses murs le 29 juin, son président, William Belhomme, s'est fait l'écho des bruits qui courent sur une prochaine délocalisation du Compa.

Depuis près de trente ans, la ville de Chartres peut s'enorgueillir de posséder dans ses murs le plus important musée de France consacré à l'histoire de l'agriculture, le Compa. Un musée qui, comme sa ville hôte, puise ses racines dans la terre nourricière de la Beauce. Plus d'un million de visiteurs ont parcouru ses espaces depuis son inauguration en 1990 par les ministres de la Culture et de l'Agriculture de l'époque, Jack Lang et Claude Nallet. Une fréquentation qui le place en tête des musées départementaux sur ce critère.

Seulement voilà, son emplacement stratégique suscite des convoitises...

En effet, depuis quelques mois des bruits courent sur son éventuelle délocalisation. Coup sur coup, le président de l'association des Amis du Compa, William Belhomme, en a fait part lors de son assemblée générale réunie dans ses murs à Chartres le 29 juin.

Les membres de l'association, venus en nombre ce soir-là, en ont été littéralement sonnés.

Le lendemain, nos confrères de L'Écho républicain ont publié un long entretien avec le président du conseil départemental, Claude Térouinard, qui y détaille ses priorités pour l'Eure-et-Loir : « Je souhaite mettre le Compa dans son environnement, qui est celui du monde agricole. L'idée serait de le transférer dans le sud du département, là où il y a le plus de grandes cultures », a-t-il déclaré.

Mais derrière cette « priorité » du président du Département, peut-être faudrait-il y voir la volonté du maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges — les deux hommes ne cachent pas leurs liens —, de faire main basse sur un bâtiment qui s'intègrerait très bien à ses yeux dans l'ensemble du pôle gare qu'il est en train de réaménager ?

Au milieu d'un quartier consacré à la mobilité, au sport ou au loisir, l'agriculture n'aurait peut-être plus sa place ?

Mais une chose est certaine : cette délocalisation signerait l’arrêt de mort du Compa tel qu'il existe actuellement. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à voir ce que deviennent les autres musées français consacrés à ce patrimoine lorsqu'il sont placés dans leur contexte... Ils disparaissent, comme les Ruralies de Niort, ou survivent grâce à quelques subsides et une poignée de bénévoles, comme celui de Saint-Loup-des-Bois (Nièvre).

Car ce qui fait le succès du Compa, outre l'engagement sans faille de ses équipes, c'est d'abord son implantation naturelle dans la capitale de la Beauce, son accessibilité et sa visibilité.

Mais aussi le fait que ce Conservatoire de l'agriculture va bien au delà d'une simple collection de machines anciennes, aussi superbement restaurées et présentées soient-elles.

Incontestablement, le Compa est un véritable musée de société, d'art, d'histoire, de science et de technique. Il fait le lien et en tisse entre le monde rural et l'urbain. C'est un lieu qui interroge, qui analyse l'environnement, l'alimentation, qui fait intervenir des artistes, des chercheurs, dans de nombreux domaines.

Il met sur pied des expositions temporaires foisonnantes sur des thématiques transversales.

Il organise enfin régulièrement des manifestations qui rencontrent le succès : la Fête des tracteurs ou celle de l'animal de ferme... Autant de propositions que nous rapportons très régulièrement dans nos colonnes.

Qui viendra voir et qui fera vivre un tel programme dans une ferme au milieu de la Beauce ?

Cette décision paraît d'autant plus incompréhensible au regard des efforts consentis par le Département, la Région et l'État pour remanier de fond en comble le musée.

Deux années de travaux, achevés en 2016, et 1,6 million d'euros investis, qui lui ont donné un nouveau visage et une indubitable modernité.

Si l'on regarde les chiffres de sa fréquentation, il n'a pas de quoi rougir : le Compa accueille entre trente et cinquante mille visiteurs par an en moyenne.

Et s'il a souffert d'une légère baisse en 2017, l'année de sa réouverture, il retrouve cette année sa fréquentation habituelle avec plus de quinze mille quatre cents visiteurs au 31 mai. Il reste le site payant le plus fréquenté du département.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages