De sable et de grès

par Laure Sauvage, mis à jour à 20:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
De sable et de grès

Le désert du Wadi Rum, en Jordanie, fascine par la beauté de ses paysages et la richesse de son histoire.

Pour y accéder, on emprunte la « route du désert » qui traverse le pays du nord au sud. Une fois sur place, on se demande si l’on a débarqué au milieu d’un film, d’un mirage ou de l’Arizona. Dans le sud-ouest de la Jordanie, à 100 km de Petra et à une heure de la mer Rouge, le Wadi Rum est un désert spectaculaire de 74 000 hectares, à la fois site archéologique et zone protégée.

La tectonique et le climat en ont fait un désert tout en reliefs. « Wadi » vient de l'arabe وادي (ouādī) signifiant « vallée » ou « lit de rivière ». 

De fait, le Wadi Rum est une vallée, creusée au fil du temps par l’érosion d’un cours d’eau dans des rochers de grès et de granite, puis devenue aride lorsque le climat s’est asséché, au IIIe millénaire avant J.-C. De colossales formations de grès ocre — la plus haute, Jebel Rum, culmine à 1 734 mètres — surplombent de vastes dunes de sable rose ou doré.

Défilés étroits alternent avec larges canyons. Les grottes et les sources côtoient les arches rocheuses façonnées par les vents.

Avec un peu d’attention, on découvre les plantes du désert — 200 espèces de fleurs et d’herbes sauvages sont recensées. Avec de la chance, on apercevra un caracal, un oiseau de proie, un lézard bleu ou un bouquetin de Nubie.

Des temples, monticules funéraires et autres systèmes de captage témoignent de 120 siècles d’occupation du désert par l’homme. Par centaines, des dessins millénaires, scènes de chasse et d’agriculture, sont gravés dans la roche. Des inscriptions thamudiques, nabatéennes et arabes évoquent les débuts de l’écriture alphabétique.

Divers vestiges rappellent que l’officier gallois T. E. Lawrence, dit Lawrence d’Arabie, était basé ici entre 1917 et 1918, lorsqu’il prit part à la révolte arabe contre les Ottomans.

On croise le chemin de fer du Hedjaz, qui reliait Damas à Médine au début du XXe siècle et qui ne transporte plus désormais que des marchandises. Mentionnés dans divers textes grecs et romains puis dans le Coran, les lieux sont quasi-légendaires. Soie, encens et épices transitaient dans le Wadi Rum en caravane avant l’avènement de la marine marchande. Les Hébreux en chemin vers la Terre promise empruntèrent peut-être aussi ces pistes.

Ces paysages somptueux ont accueilli le tournage de plusieurs films, dont Lawrence d’Arabie (David Lean, 1962), Seul sur Mars (Ridley Scott, 2015) et Aladdin (Guy Ritchie, 2019).

La vallée est habitée par des bédouins aujourd’hui sédentarisés, qui s’impliquent dans la protection du désert et dans des activités liées au tourisme. Pas moins de 100 000 visiteurs parcourent le Wadi Rum chaque année, à pied, à dos de dromadaire, en 4x4, en quad, voire en ballon. On peut aussi pratiquer l’escalade, randonner et même courir le marathon.

Plusieurs campements inspirés du mode de vie bédouin sont disséminés dans les étendues sauvages pour loger les touristes.

On s’y délasse sur des coussins confortables, on y contemple le feu de bois qui chauffe le thé à la menthe, on y dort sous d’épaisses tentes en peau de chèvre, on y déguste des plats cuits plusieurs heures dans le zarb, un four traditionnel enfoui dans le sable.

Les silhouettes de grès orangé s’estompent au fur et à mesure que le soleil se couche. Bientôt, il n’y a plus qu’à aller se perdre dans le noir et compter les étoiles filantes.

Laure Sauvage
avec Fanny Abella pour les photos

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages