Depuis le belvédère

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Depuis le belvédère

Gibet sous l'Ancien Régime puis carrière aride et dépotoir insalubre, le parc des Buttes-Chaumont (Paris, XIXe) a connu à partir de 1860 une mue spectaculaire.

Sous le brouillard hivernal, le parc des Buttes-Chaumont prend presque une atmosphère de roman gothique avec ses roches sombres, ses arbres nus et ses plans d’eau brumeux. Le décor est idéal pour plonger dans l’histoire passionnante du poumon vert du nord-est parisien.

À l’origine était la colline du Mont-Chauve, ou « Chauve-Mont », haute d’environ cent mètres, aux sols impropres aux cultures et à la végétation. Un lieu à la réputation sinistre : le principal gibet des rois de France fut installé là au XIIIe siècle, les condamnés à mort y furent pendus jusqu'au XVIIe siècle.

De grandes carrières de gypse et de pierres meulières y sont creusées après la Révolution, tandis que le site se transforme peu à peu en décharge à ciel ouvert, en centre d’équarrissage et en abri pour les vagabonds.

En 1860, Napoléon III s’est engagé dans une politique de grands travaux aux côtés du baron Haussmann, et souhaite doter Paris d’un réseau d’espaces verts. Il charge l’ingénieur Adolphe Alphand de transformer les 25 hectares arides et accidentés des « Buttes Saint-Chaumont » en parc paysager. Un défi de taille !

Pendant trois ans, ingénieurs, jardiniers et architectes s’attellent à créer de toutes pièces un jardin à l’anglaise sur trois niveaux, qui imite un paysage de montagne.

Le projet coûte 3,4 millions de francs de l’époque, réquisitionne 200 000 mètres cubes de terre végétale et mobilise mille ouvriers, cent chevaux et deux machines à vapeur.

Le relief originel est remodelé. Roches artificielles et naturelles sont mélangées pour créer des falaises, des rochers, et même une grotte coiffée de stalactites en béton armé.

Des chemins sont tracés, de nombreux arbres sont plantés, des ponts sont tendus, des pavillons et des restaurants, inspirés des chalets suisses et des villas italiennes, sont construits.

Une usine de pompage, créée à cet effet dans le bassin de la Villette, achemine l'eau au sommet du parc pour alimenter les ruisseaux, la monumentale cascade et le lac d’un hectare et demi.

Une île s’élève à pic au-dessus du lac. Elle est surmontée d’un kiosque d’inspiration antique, le « temple de la Sibylle ». Depuis ce belvédère, la vue sur les reliefs du parc est saisissante, mélange de verdure apaisante et de minéralité brute.

Le jardin est inauguré en grande pompe en même temps que l'Exposition universelle de 1867. Il sera ravagé peu après pendant la guerre contre la Prusse puis lors des affrontements de la Commune de Paris.

Après sa reconstruction, le jardin des Buttes-Chaumont sera boudé par la bourgeoisie parisienne, avant de gagner en popularité au début du XXe siècle. Avec plus de trois millions de visiteurs chaque année, il est aujourd’hui très prisé. Par beau temps et bien accompagné, il paraît même que c’est le parc le plus romantique de la capitale.

Laure Sauvage

Photo d'illustration : Le temple de la Sybille, sur l'île du Belvédère © Guilhem Vellut, 2016 - CC-BY-2.0

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages