Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Des agriculteurs qui donnent l'exemple sur le bassin versant de l'Ozanne

par Hervé Colin, mis à jour à 23:12
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des agriculteurs qui donnent l'exemple sur le bassin versant de l'Ozanne

Dans le cadre de la démarche « Eau'bjectif » Ozanne, la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir et les prescripteurs du secteur ont organisé le 27 avril à Trizay-lès-Bonneval (Eure-et-Loir), une visite à destination des agriculteurs du bassin versant.

Les agriculteurs du bassin versant de l'Ozanne ont été invités à observer et échanger sur une parcelle de blé tendre de Jocelin Bouvet à Trizay-lès-Bonneval le 27 avril, par la chambre d'Agriculture et les prescripteurs du secteur. 

Cette réunion se tenait dans le cadre de la démarche « Eau'bjectif » Ozanne, pilotée par l'agronome de la chambre, Sébastien Sallé.

Cinq ateliers étaient au programme pour cerner les différentes problématiques et une trentaine d'exploitants a répondu à l'invitation, en dépit d'une météo froide et humide.

Le contexte climatique de la campagne en cours a eu des effets plutôt bénéfiques pour les cultures, mais n'a pas servi les intérêts des prescripteurs dont certains essais n'ont, de fait, pas été très parlants.

Ainsi par exemple, il fallait de très bonnes lunettes pour constater une différence entre les bandes traitées et non traitées de l'atelier consacré au désherbage, la sécheresse printanière ayant fortement limité la levée des adventices.

Ce résultat a néanmoins été obtenu également par la combinaison de plusieurs facteurs : réalisation d'un faux semis le 22 septembre, puis passage d'une herse rotative mi-octobre et par le décalage de la date de semis.

Ce décalage a été particulièrement efficace, il a même, au cours d'essais l'an passé, partiellement esquivé le problème climatique...

« Cette combinaison de leviers est rendue nécessaire par la baisse du nombre de produits actifs », a précisé Guillaume Tuffière (Axéréal), « et il n'y aura rien de nouveau avant 2025... Les leviers agronomiques sont indispensables pour passer cette période », a-t-il précisé.

La sécheresse a également joué des tours aux expérimentateurs pour l'atelier fongicides.

Là aussi, difficile de constater une différence entre les deux variétés — Fructidor et Descartes — testées sur leur capacité de résistance aux différentes maladies, tant pour le moment elles paraissaient saines toutes les deux...

Du coup, la stratégie fongicide a été adaptée à ce contexte atypique, avec une impasse sur le traitement prévu au stade deux nœuds. Les agronomes présents ont conseillé néanmoins l’utilisation de variétés résistantes en année normale.

L'atelier consacré à la fertilisation azotée a souffert des mêmes vicissitudes.

De fait, pour déterminer à quel moment déclencher le premier apport, une placette sur-fertilisée a été aménagée. Il convenait ensuite d'apporter l'engrais dès que la décoloration du reste de la parcelle serait visible, or, en l'absence de pluie, aucune différence notable n'était visible entre la placette sur-fertilisée et le reste de la parcelle.

Il faudra attendre des précipitations salvatrices (15mm) pour que les apports soient efficaces.

À l'issue de cette réunion, Sébastien Sallé a rappelé l'importance de suivre les recommandations des prescripteurs sur le bassin de l'Ozanne à travers les bulletins adressés aux agriculteurs.

Il s'agit avant tout de limiter les transferts : « Ne pas en tenir compte, c'est s'exposer à voir des molécules retirées », a-t-il souligné. D'autant que moins il y aura de produits et plus les traces des produits disponibles seront importantes, induisant un cercle vicieux.

« Si nous ne trouvons pas de solution, c'est l'État qui prendra les décisions... Le fait de montrer que les gens ici font des choses et le font bien, est important », a-t-il conclu.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages