Des armes contre les mauvaises herbes

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:16
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des armes contre les mauvaises  herbes

Le colloque désherbage proposé par la chambre d'Agriculture, Arvalis et l'Inra a été particulièrement riche en enseignements.

L'organisation du colloque désherbage était encore incertaine il y a quelques jours. Il s'est finalement bel et bien tenu et a été une véritable réussite. Ce mardi 27 janvier, cent-dix personnes étaient présentes à l'Institut national de recherche agronomique (Inra) de Versailles (Yvelines) pour cette journée organisée par la chambre d'Agriculture de l'Ile-de-France et Arvalis-Institut du végétal. Objectif affiché : réfléchir, analyser et échanger sur la maîtrise des adventices dans les systèmes céréaliers, une problématique devenue la bête noire des agriculteurs franciliens qui se sentent démunis face aux vulpins, ray-grass et autres mauvaises herbes.

Après une introduction assurée par le vice-président de la chambre, Denis Rabier, la matinée a été consacrée à l'état des lieux de la plaine, à l'évolution des systèmes et des coûts de désherbage avant que soit présenté le désherbage agronomique (couverts en interculture, leviers agronomiques et désherbage mécanique sur céréales à paille). Huit années d'essais menés par la chambre d'Agriculture et par Arvalis ont ensuite été présentés.

Après avoir largement posé les bases de la problématique et évoqué quelques pistes de travail, l'intervention en début d'après-midi de Christophe Delye, chargé de recherches à l'Inra de Dijon, est venue apporter un éclairage technique très attendu par les agriculteurs. Le chercheur a évoqué les différentes formes de résistance, liées à la cible ou non, et la façon de les diagnostiquer avant d'apporter de précieux conseils. « L'idée est de traiter le plus tôt possible et le plus fort possible », a martelé Christophe Delye : « Il faut aussi veiller à la diversité dans les rotations, à varier les modes d'actions, les matières actives et faire attention aux faux mélanges qui ne font qu'augmenter le risque. » Le chercheur a également préconisé « une gestion concertée du désherbage avec ses voisins car la résistance se propage aussi par les airs ». Et d'ajouter : « À la floraison du vulpin par exemple, le pollen voyage dans l'air et peut atteindre des parcelles jusqu'à plusieurs centaines de mètres à la ronde. »

En fin de journée, les agriculteurs ont écouté trois témoignages de collègues franciliens qui ont un jour connu d'importants problèmes de désherbage et qui, aujourd'hui, ont mis en place des solutions qui font leurs preuves. C'est Jean-Louis Savouré, agriculteur à Saint-Sulpice de Favières (Essonne) qui a d'abord raconté son histoire : « Des problèmes de ray-grass à n'en plus finir. Mais grâce à des associations chimiques et à beaucoup de rigueur dans le travail, je m'en sors », a t-il affirmé : « J'intègre dans mes rotations des cultures couvrantes et je suis rigoureux sur le déchaumage et les faux semis. »

Installé non loin de là, à Corbreuse (Essonne), Ludovic Joiris avait lui aussi des problèmes de ray-grass. « Je ne travaille plus le sol depuis 2003, je pratique le semis sous couverts végétaux et j'ai introduit dans mes rotations des cultures de printemps, dont le lin. » Enfin, Alain Vaillant, installé à Vallangoujard dans le Val-d'Oise, a complété ces témoignages positifs en évoquant ses pratiques : modification des rotations, faux semis et brûlage des chaumes, notamment. Tous ont adressé un message d'encouragement et de persévérance à leurs collègues.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages