Des avancées dans la lutte contre le varroa

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:43
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des avancées dans la lutte contre le varroa

Le Groupement de défense sanitaire du Centre a organisé le 6 avril au lycée de La Saussaye, à Sours, sa sixième journée régionale sur les progrès de la recherche apicole.

Parasite de l'abeille, vecteur de maladies diverses, responsable de l'épuisement des colonies, le varroa est l’ennemi juré des apiculteurs. Pour faire le point sur les progrès de la recherche apicole dans sa lutte contre cet acarien, le Groupement de défense sanitaire du Centre a organisé le 6 avril à l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye, à Sours, sa sixième journée régionale d'information à destination des apiculteurs.

La réunion s'est déroulée autour de trois conférences qui ont fait toute la lumière sur les avancées récentes de la recherche.

«  Le varroa ne se voit pas dans les colonies, quand il se voit c'est souvent trop tard  », a expliqué Julien Vallon, chercheur à l'Itsap, qui est intervenu le premier pour parler traitements. Il s'est penché plus particulièrement sur un produit qui existe depuis deux ans, le Polyvar yellow (Bayer).

Celui-ci est vendu sous la forme de lanières en plastique que l'on place à l'entrée de la ruche. Elles sont percées de trous au travers desquels passent les abeilles qui sont ainsi en contact avec la substance active. Ce traitement ne peut se faire qu'après la période de production, durant quelques semaines et «  permet de repartir avec un taux d'infestation acceptable  », a-t-il pointé.

Comparé méthodiquement à un autre produit — Apivar —, il possède la même efficacité (autour de 95  %) et le nombre de varroas résiduels à l'issue du traitement, c'est l'objectif recherché, est similaire (autour de 70). Les deux produits permettent donc une alternance de traitement, limitant le risque de développer des résistances.

Les avantages du Polyvar sont son efficacité et qu'il ne nécessite pas d'ouvrir la ruche. Ces limites sont qu'il doit être employé en période d'activité des butineuses, qu'il n'est pas toujours facile à installer et qu'il y a des risques de présence de résidus dans la cire.

Si ces traitements ne nécessitent pas d'ordonnance, le GDS rappelle qu'il propose des prix avantageux et surtout son accompagnement.

La sélection des abeilles pour leur résistance au varroa a fait l'objet de l'intervention suivante réalisée par Benjamin Basso, de l'Itsap également.

«  Quand on cherche à avoir une colonie résistante, on imagine que c'est lié à la génétique de l'abeille mais ça peut être lié à la génétique du varroa  », a-t-il expliqué. Les populations naturellement résistantes existent et ont nécessité un long temps de co-évolution. Elles mettent en place des mécanismes de nettoyage des abeilles et du couvain infectés. «  Mais l'importation d'abeilles résistantes est voué à l'échec  », a-t-il relevé.

La piste la plus intéressante est dans la capacité des insectes à limiter la reproduction du varroa. Selon lui  : «  La pratique de la sélection permet aux apiculteurs de progresser. C'est long et fastidieux et il faut avoir suffisamment de ruches  ».

L'Itsap met en ligne sur son site des fiches techniques sur ce sujet.

Enfin, Quentin Bicego, de la section apicole du GDS Centre, a relayé une expérimentation réalisée par l'ADA Occitanie sur l'emploi d'acide oxalique sur des lanières  : «  Certain l'ont fait dans leur coin mais cela relève de la pratique illégale de la médecine vétérinaire  », a-t-il prévenu.

L'étude dont il a parlé visait à comparer un produit vendu en Argentine, l'AluenCap, en attente d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) en France, et son équivalent artisanal. Tous les tests effectués depuis deux ans montrent une efficacité supérieure de l'AluenCap même si les lanières artisanales s'améliorent au fil du temps. Et quoi qu'il en soit, les traitements d'hiver restent primordiaux.

Le site de l'Itsap, institut de l'abeille, met en ligne toute une série d'outils destinés aux apiculteurs.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages