Des échanges de qualité entre voisins à Landelles

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:28
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des échanges de qualité entre voisins à Landelles

La 5e rencontre Nos voisins les agriculteurs, organisée par la chambre d'Agriculture et ses partenaires de la Charte de bon voisinage, a eu lieu à Landelles le 3 février.

L'ambiance est plutôt détendue lundi soir quand commence la rencontre Nos voisins agriculteurs organisée par la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir avec ses partenaires signataires de la Charte de bon voisinage. Il faut dire qu'il s'agit de la cinquième du genre, l'organisation en est désormais bien rodée.

Et si elle n'est pas celle qui a réuni le plus de personnes — une soixantaine — elle a donné lieu à un débat de qualité, suivi d'ailleurs par une équipe de France 2 qui tournait pour l'émission Complément d'enquête.

Au fil de la soirée, les riverains se sont interrogés sur la présence de résidus de produits phytosanitaires dans les sols, sur le respect de la biodiversité par les agriculteurs ou ont demandé à ce qu'ils préviennent les voisins de leurs traitements. Un point que n'a pas laissé passer sans réagir le président de la FDSEA, Bertrand Petit : « Si l'on prévient que l'on va traiter dans six heures, par exemple, et que survient une panne, il va falloir prévenir de nouveau que le traitement est décalé et recommencer si le vent se lève... Ça devient infernal. Si la télé est là, c'est pour l'agribashing, c'est aussi le meilleur moyen de prévenir ceux qui nous en veulent... Et puis, pourquoi prévenir les gens alors qu'il n'y a pas de souci ? ».

Il a été demandé également aux exploitants sur quels critères ils déclenchaient leurs interventions.

L'un d'eux a expliqué : « Il y a des interventions prévues, comme un désherbage après semis, mais la plupart sont basées sur des observations. Nous allons dans les champs et l'on compte les pucerons par exemple, à partir d'une certaine quantité, le traitement est déclenché. Pour cela, nous utilisons beaucoup les réseaux sociaux pour communiquer entre collègues, c'est très pratique. Pour nous, il y a un gros gain à ne pas faire de traitement systématique. Nous sommes aussi parents, citoyens, nous avançons dans ce sens là ».

Une petite fille est intervenue également pour demander aux agriculteurs pourquoi il y avait des déchets dans leurs champs et pourquoi ils ne les retiraient pas. Un agriculteur lui a répondu que parfois ils s'arrêtaient pour les enlever mais qu'il y en avait de nouveaux sans cesse : « Il faudrait d'abord que les gens arrêtent d'en jeter ».

Un riverain a dit ensuite : « À travers ce que vous dites, on voit que vous faites le maximum. Et donc, est-ce que ce que nous disent les politiques n'est pas fait pour nous faire peur ? ».

La député Laure de la Raudière, qui assistait à la rencontre, a répondu : « Tous les politiques ne le font pas. Certains alarment quand d'autres disent qu'il faut remettre la science au centre du débat. Personne n'a pu prouver la toxicité du glyphosate. Mais ce qui reste, ce qui fait le buzz, c'est ce qui fait peur aux gens ». D'où la nécessité d'organiser ce type de rencontres...

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages