Des éleveurs avicoles dynamisés par le coronavirus

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des éleveurs avicoles dynamisés par le coronavirus

Portée par des producteurs en circuits courts, l'aviculture francilienne a su tirer avantage de la demande en œufs et poulets depuis le début de la pandémie. Témoignages.

À l’affût de produits locaux et de circuits courts depuis le début de la pandémie de Covid-19, les consommateurs de l’ouest francilien se sont rués sur l’œuf et le poulet…

De ce fait, les aviculteurs du territoire, essentiellement tournés vers ce type de débouchés, ont été très fortement sollicités, comme en témoigne Édith Pigeon, installée depuis cinq ans à Chauffour-lès-Étréchy (Essonne) : « La peur de manquer a suscité la panique chez bon nombre de mes clients, raconte cette éleveuse de poules pondeuses de plein air. Ça a été du délire, surtout durant les dix premiers jours de confinement ».

Édith Pigeon pratique la vente directe, avec un magasin sur l'exploitation, deux distributeurs automatiques, et livre en direct restaurants, épiceries, magasins de bouche et les Intermarché qui vendent des produits locaux. « Si les restaurants, fermés, ne m'ont plus rien commandé, les autres ont largement compensé mon chiffre d'affaires en triplant leurs commandes. »

« Les gens faisaient la queue, à la ferme comme devant les distributeurs, pour avoir des œufs, ajoute-t-elle, et quelques fois j’ai été momentanément en rupture de stock ».

« J'ai également été contactée par d'autres grandes surfaces qui manquaient d'œufs. Je n'ai pas pu les satisfaire, mon élevage ne comprenant que 5  900 poules avec des rotations en bandes et des vides sanitaires à respecter. Mon stock est aujourd'hui à plat, les gens sont donc sûrs d'avoir toujours des œufs frais », conclut-elle.

Marie Legris, éleveuse de poules pondeuses en agriculture biologique, installée à Longnes ­(Yvelines) depuis sept ans, a connu une situation similaire. « Mes clients sont essentiellement des Biocoop franciliennes, puis des maraîchers alentour qui étendent leur gamme à la ferme et des Amap. Mes commandes ont été multiplées par cinq. Sur le plan pratique, je n'ai eu aucun problème d'approvisionnement en aliments, mon père céréalier en bio me fournit, ou de logistique. Fait marquant, j'ai vu pas mal de magasins qui avaient l'habitude de se fournir auprès de centrales d'achat se tourner vers les producteurs locaux, souligne-t-elle. Pouvu que ça continue ! ».

Christophe Robin, céréalier et éleveur de volailles de plein air, installé à Sonchamp (Yvelines) depuis huit ans, est tout aussi satisfait. Avant la pandémie, il commercialisait l'essentiel de sa production avicole sur les marchés.

« Le déclic a été la fermeture de mon marché de Clairefontaine le samedi matin. Très rapidement, à la suite d'une discussion avec ma boulangère qui avait du mal à vendre, j'ai revu ma boutique à la ferme que je n'avais jamais cherché à développer. »

Il poursuit : « J'y ai vendu son pain et mes volailles, mais j'ai aussi étendu mon offre en proposant une gamme diversifiée de produits locaux, des yaourts de la Bergerie nationale, des pâtes et bières produites aux alentours, ainsi que des colis de bœufs et porcs franciliens découpés à Rambouillet. J'ai vu défiler jusqu'à soixante personnes le samedi matin et beaucoup de nouvelles têtes. Il est encore un peu tôt pour savoir si cette clientèle va perdurer mais depuis le déconfinement, on a toujours beaucoup de monde. »

Laurence Augereau

Photo : Édith Pigeon, éleveuse de poules pondeuses en Essonne, a vu la demande en oeufs exploser durant le confinement.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages